Le sommet Biden-Poutine met la pression sur la Chine – Partie 1

143

2aa

Quels que soient les signaux émis par le sommet Etats-Unis/Russie, le Parti communiste de Pékin ne le prend pas à la légère, selon les analystes. La première rencontre en personne entre le président Joe Biden et le président russe Vladimir Poutine a eu lieu à Genève, alors que Washington se préoccupe de plus en plus des défis posés par la Chine, qu’il s’agisse de technologie, d’agression militaire ou de droits de l’homme.

La semaine dernière, la Chine a fait la une des journaux lors des discussions entre les Etats-Unis et le Groupe des Sept (G-7), les dirigeants de l’OTAN et de l’Union européenne. Neutraliser la Russie pour se concentrer sur la confrontation avec la Chine était un objectif clair, et il y avait des signes de progrès, a déclaré Wu Chia-lung, un macro-économiste basé à Taiwan.

Le 16 juin, à l’issue d’une rencontre avec V. Poutine, Joe Biden a déclaré aux journalistes que la Russie était “pressée par la Chine”.

“Vous avez une frontière de plusieurs milliers de kilomètres avec la Chine”, a-t-il déclaré à propos de la Russie lors d’un point de presse le même jour. “La Chine va de l’avant et cherche à devenir l’économie la plus puissante du monde et à former la plus puissante armée du monde.”

Dans ce contexte, M. Biden a déclaré qu’il avait dit à M. Poutine : “Il est clair qu’il n’est dans l’intérêt de personne – ni de votre pays ni du mien- que nous nous retrouvions dans une situation de nouvelle guerre froide. Et je crois sincèrement qu’il le pense, qu’il le comprend.”

 

Derniers articles publiés sur GLADIO VERITATIS

1c

 

 ABONNEMENT : 15€ / mois    soit 0,50 cents par jour

 

Lettre 472

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES