Un risque de démantèlement de l’OPEP

73

1ccDepuis notre article à propos de la dernière réunion de l’Opep et des prolongations apportées suite à un malaise avec Abu Dhabi, les choses ne semblent pas s’améliorer. En effet, les enjeux entre l’Arabie saoudite et Abu Dhabi apparaissent comme plus élevés qu’attendus. Les spécialistes de la diplomatie pétrolière disent que cette confrontation entre ces deux pays déterminera non seulement le prix du pétrole pour l’année prochaine, mais l’avenir de l’industrie énergétique mondiale.

Depuis notre dernier article, les lignes n’ont pas bougé d’un point et ce, après d’âpres négociations. Pour le moment, Abu Dhabi place ses alliés devant un choix singulier : accepter ses demandes, ou risquer de défaire l’alliance OPEP. Une telle situation confirmée impliquerait très probablement une forte hausse des prix.

Mais un scénario plus dramatique est également en jeu – l’unité de l’OPEP + pourrait s’effondrer complètement, risquant une mêlée générale qui ferait chuter les prix lors d’une répétition de la crise de l’année dernière. Là, le complexe bancaire américain ne l’accepterait pas ! Il y aurait alors des événements géopolitiques douloureux orchestrés, des explosions de raffineries, des actes terroristes sur les oléoducs, bref, ces événements appelés fortuits mais qui ne le sont jamais…

Comme dans toutes les négociations, il peut y avoir un élément de bluff. Rappelons qu’à la fin de l’année dernière, Abou Dhabi avait lancé l’idée de quitter l’OPEP. 

Si nous restons dans l’impasse et qu’Abou Dhabi quitte l’OPEP, on peut avoir une guerre des prix.

Nous l’avons dit récemment, ce pays veut pomper plus de pétrole après avoir dépensé des milliards pour augmenter sa capacité de production. En gros, les membres de l’OPEP sont finalement amenés à reconnaître le nouveau statut d’Abou Dhabi, et conséquemment, redessiner les termes de l’engagement pour lui permettre de pomper davantage.

Les Emirats arabes unis affirment que leur niveau actuel, fixé à environ 3,2 millions de barils par jour en avril 2020, est trop bas et devrait être de 3,8 millions.

L’accord de production actuel de l’OPEP se termine en avril 2022, date à laquelle chaque pays pourra renégocier sa base de référence. Mais maintenant, l’Arabie saoudite et la Russie, avec le soutien de tous les autres membres de l’OPEP, veulent prolonger l’accord jusqu’à la fin de l’année prochaine. Les Emirats arabes unis ont donc rejeté l’idée d’étendre l’accord plus large à moins que sa ligne de base ne soit modifiée, tuant ainsi la proposition négociée par Moscou et Riyad.

“Les Emirats arabes unis sont pour une augmentation inconditionnelle de la production”, mais une décision de prolonger l’accord jusqu’à la fin de 2022 est “inutile à prendre maintenant”, a déclaré le ministre de l’Energie Suhail Al-Mazrouei dans une interview à Bloomberg Television“Nous avons encore huit à neuf mois dans cet accord, et nous parlons de beaucoup de temps pour que cela soit discuté à un stade ultérieur.”

Les membres de l’OPEP n’ont aucun intérêt à faire traîner un compromis dans la mesure où l’Iran pourrait revenir sur le marché s’il parvient à un accord nucléaire.

Si rien ne s’arrange, le plus grand perdant serait la Russie, qui verrait un objectif de production beaucoup plus bas. Et l’Arabie saoudite a besoin de la Russie à ses côtés…

Derrière l’arithmétique des cartels, il ne faut pas omettre des tensions géopolitiques.

Le souverain de facto d’Abu Dhabi, le prince héritier Mohammed bin Zayed, entretenait autrefois des relations étroites avec le prince héritier saoudien, Mohammed bin Salman. Mais la relation entre les deux héritiers semble s’être refroidie ces derniers mois. Et Abu Dhabi déploie ses muscles au-delà du marché pétrolier, avec des mouvements géopolitiques audacieux du Yémen à Israël. 

Alors que l’impasse de l’OPEP s’intensifiant ce week-end, l’Arabie saoudite a décidé de restreindre les voyages des citoyens aux Emirats arabes unis… prenant prétexte de la pandémie.

 

Derniers articles publiés sur GLADIO VERITATIS

 

1cc

1cc

1cc

 ABONNEMENT : 15€ / mois    soit 0,50 cents par jour

 

Lettre 473 image

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES