Le pouvoir communiste cassera les entreprises trop ‘capitalistes’ – Partie 3

186

2aa

Depuis la fin des années 1990, la Chine a imité l’approche de la Silicon Valley en matière d’innovation. Aidé par le capital occidental et une génération d’entrepreneurs de type Elon Musk, dont beaucoup ont fait leurs études à l’étranger, le pays a vu les versions chinoises d’EBay et d’Amazon (Alibaba), d’AOL et de Facebook (Tencent) et de Google (Baidu) exploser pendant que le gouvernement prenait une approche permissive de leur comportement et les a largement protégés des concurrents américains.

Au début, les entreprises chinoises reproduisaient des services indisponibles ou non adaptés au pays, mais elles ont depuis longtemps cessé d’être de simples imitateurs des rivaux de Valley et déjouent désormais fréquemment la concurrence mondiale. Les soi-disant super applications, y compris Tencent Holdings Ltd. WeChat d’Alibaba et Alipay d’Alibaba, également créées par Ma et son équipe, gèrent tout, du transport à la demande à la livraison de nourriture en passant par le paiement des factures de services publics. Il n’y a rien de comparable aux Etats-Unis !

De nos jours, Apple, Facebook et Snapchat se précipitent pour imiter les fonctionnalités de celles-ci et d’autres applications chinoises, au lieu de l’inverse.

Tout comme aux Etats-Unis, une croissance sans entrave a conduit à des entreprises technologiques de plus en plus puissantes et à des PDG qui, opérant avec une indépendance surprenante, n’avaient pas peur d’user de leur pouvoir. Les plus grandes entreprises technologiques chinoises ont périodiquement forcé des concurrents plus petits à s’intégrer à leurs plates-formes ou les ont poussés à vendre. Ma et d’autres titans sont devenus des rock stars culturelles. Il a même commencé à s’habiller comme une rock star lors d’événements bruyants d’Alibaba, avec une perruque mohawk, une veste en cuir et une guitare, et s’est exprimé sur les problèmes de société.

Angela Zhang, directrice du Centre de droit chinois de l’Université de Hong Kong et auteur de Chinese Antitrust Exceptionalism, affirme que l’intervention publique va remodeler l’industrie technologique en Chine plus rapidement que cela ne pourrait se produire ailleurs. “L’affaire contre Alibaba n’a pris que quatre mois à l’autorité antitrust chinoise, alors qu’il faudra des années aux régulateurs américains et européens pour s’en prendre à des entreprises technologiques telles que Facebook, Google et Amazon, qui sont prêtes à se battre bec et ongles”, a-t-elle dit.

Lillian Li, fondatrice de la newsletter Chinese Characteristics, estime que nous allons assister à un rééquilibrage des dynamiques, redessinant les frontières entre le public et le privé. «Je ne pense pas que le gouvernement chinois soit là pour détruire les géants de la technologie.» Après des décennies d’une philosophie du tout est permis, dit-elle, la Chine voulait rappeler à son industrie technologique «ce qu’elle peut faire et ne peut pas faire». (Source: Bloomberg)

 

Derniers articles publiés sur GLADIO VERITATIS

 

1AA

1AA

 

 ABONNEMENT : 15€ / mois    soit 0,50 cents par jour

 

LIESI 474

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES