La Deutsche Bank illustre les interrogations du moment

134

 

1bDeutsche Bank a perdu une série de cadres de gestion de fortune basés aux Etats-Unis au cours de la dernière année. Ce, alors que le directeur général Christian Sewing peine à assurer le développement du secteur lucratif de la gestion de l’argent des riches. On compte le départ d’au moins dix banquiers seniors, ainsi que de nombreux employés juniors sur le plus grand marché mondial de la gestion de fortune. Des sources ajoutent que la Deutsche Bank a également fermé ses opérations de gestion de fortune basées à Chicago.

Comment se fait-il que l’unité de gestion de fortune américaine de la Deutsche Bank n’a pas réussi à attirer plus d’argent ? On fait valoir que la compétition est très sévère, ou encore que les licenciements pleuvent dans le cadre d’une campagne de réduction des coûts de la banque. 

Les actifs des clients gérés par l’unité de gestion de fortune de la Deutsche Bank dans les Amériques s’élevaient à 29 milliards d’euros (34,5 milliards de dollars) fin mars, soit à peu près le même montant qu’elle supervisait trois ans plus tôt. 

Les banques privées sont en lutte pour capter les clients fortunés qui se sont énormément enrichis pendant la pandémie notamment grâce à la politique monétaire très expansive de la banque centrale américaine.

Deutsche Bank a restructuré ses activités de banque privée aux Etats-Unis depuis l’été dernier. Plusieurs poids lourds sont partis chez JPMorgan Chase & Co. La firme a d’ailleurs annoncé une campagne d’embauche agressive pour les cinq prochaines années. D’autres grandes banques américaines ont également déclaré vouloir se concentrer sur les clients riches et aisés : Citigroup Inc. affirmant par exemple vouloir “doubler sa richesse”.

La décision de fermer les opérations de gestion de fortune de la Deutsche Bank à Chicago a été prise pour des raisons de coûts, ont déclaré plusieurs sources.

Deutsche Bank prévoit cependant d’embaucher davantage en ciblant la clientèle riche de la Côte Ouest, New York et la Floride, où affluent de nombreux hommes d’affaires d’Amérique latine.

Aux Etats-Unis, le monde de la banque est appelé à de grandes transformations si on prend en considération les énormes menaces qui existent et seront à l’origine d’énormes chamboulements. Il n’est même pas certain que les plus gros fleurons de Wall Street puissent encaisser le choc d’un très gros dérapage engagé par les gestionnaire discrets de la crise, laquelle n’a pas encore vraiment commencée. Comme nous avons eu l’occasion de l’exprimer à de très nombreuses reprises sur le site Gladio Veritatis, le seul marché de la dette va tout emporter comme un tsunami sur son passage. Or les banques sont gavées d’obligations d’Etat ou d’entreprises qui vaudront combien quand la confiance financière s’effondrera avec la confiance sanitaire ?…

 

Derniers articles publiés sur GLADIO VERITATIS

1b

 

 

 

 ABONNEMENT : 15€ / mois    soit 0,50 cents par jour

 

LIESI 474

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES