Les conséquences de la mondialisation pour les Etats-Unis – Partie 1

236

2aa

Pourquoi les chaînes d’approvisionnement américaines sont-elles perturbées, les prix en hausse, les stocks en baisse et l’indice des commandes en souffrance aux Etats-Unis en augmentation ?

Selon le géant du transport maritime par conteneurs Maersk, le commerce mondial ne progresse que de 2,7%. Cependant, aux Etats-Unis, il y a un “embouteillage”, comme en témoignent les rayons vides imprévus dans les magasins de détail, les pénuries de denrées alimentaires, les pénuries de fournitures médicales, les pénuries de main-d’œuvre, les pièces automobiles commandées en retard et les champs pleins d’automobiles et de camions inachevés dépourvus de leurs puces informatiques. La liste est longue.

Ce que nous vivons aujourd’hui, c’est -en partie- la disparition des méthodes de gestion mondialiste “juste à temps” destinées à compenser l’externalisation des emplois américains.

Normalement, les gestionnaires de la chaîne d’approvisionnement planifient, prévoient la demande, conçoivent la chaîne d’approvisionnement et supervisent les processus de commande, de réception et de gestion des stocks. Le système d’inventaire “juste-à-temps” (JAT) est devenu la stratégie de gestion approuvée par le MBA de Harvard, selon laquelle les entreprises et leurs responsables reçoivent les marchandises (et la main-d’œuvre) au plus près du moment où elles sont nécessaires, et aussi peu que nécessaire, afin de minimiser les stocks et de réduire les coûts.

Inculqué par les méthodes de notre système monétariste financiarisé cancéreux et utilisant des systèmes d’algorithmes pour modéliser numériquement les projections globalisées de l’offre et de la demande “juste à temps” (JAT), une réalité virtuelle a été créée, de plus en plus éloignée du monde réel.

Dans le domaine de la production, c’est ce que l’on appelle la production allégée, mieux connue sous le nom de “skin-and-bones”. ‘‘Aux Etats-Unis, nous sommes devenus très vulnérables à cette maladie parce que nous avons cessé de produire et que nous importons désormais pour environ 3 000 milliards de dollars de biens par an, dont 77% sont fabriqués ailleurs. Nous sommes devenus systématiquement dépendants d’une chaîne d’approvisionnement mondiale complexe composée de producteurs et de leurs fournisseurs, tous censés livrer juste à temps. Avec la pandémie de Covid-19, ces chaînes se sont brisées.’’.

 

Derniers articles publiés sur GLADIO VERITATIS

 

9

 

 ABONNEMENT : 15€ / mois    soit 0,50 cents par jour

 

LIESI 476

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES