Les conséquences de la mondialisation pour les Etats-Unis – Partie 3

89

2aa

Dans le processus de production lui-même, on utilise une “fiche de processus”, avec l’ensemble des instructions de fabrication pour un lot, un lot ou des séries de production spécifiques. La fiche de processus décrit les paramètres de fonctionnement et les réglages de l’équipement et des installations utilisées, ainsi que l’outillage ou les fournitures associées. Elle contient des informations sur les pièces, les gammes de fabrication et les détails des opérations.

Une “nomenclature” précise devient alors vitale, car elle garantit la disponibilité des pièces en cas de besoin et l’efficacité du processus d’assemblage. Elle informe le processus d’organisation des chaînes d’approvisionnement requises. Les responsables de la chaîne d’approvisionnement coordonnent ensuite les étapes concernées, notamment l’approvisionnement en matières premières, la fabrication du produit, les tests de qualité, puis le conditionnement.

Les stocks

Alors que les fonds de relance fédéraux pleuvent et traversent le minuscule secteur productif américain lui-même, la capacité de production nationale et les chaînes d’approvisionnement actuelles ne permettent pas de répondre à la demande créée. Les fabricants ont des difficultés à obtenir les fournitures dont ils ont besoin, notamment une main-d’œuvre qualifiée et motivée. Il y a aussi la “question des deux mille milliards de dollars”: comment les Américains, principalement la classe moyenne et les riches, vont-ils maintenant dépenser l’argent frais qui s’est accumulé sur leurs comptes chèques et leurs comptes d’épargne pendant la crise de Covid-19 ?

La demande dépasse déjà les stocks et la main-d’œuvre existants. Mais elle ne peut pas non plus être satisfaite par la capacité d’expédition internationale vers le marché commercial nord-américain.

L’Institute for Supply Chain Management (ISM) a publié son indice des stocks des clients au début du mois d’août, “révélant une chute alarmante”. L’indice est tombé à 25 en juillet, contre 30,8 en juin, soit le point le plus bas depuis la création de l’indice en 1997.

Le Bureau of Economic Analysis (BEA) a également publié ses dernières ventes et ses stocks jusqu’en mai. Comme le rapporte Freightwaves, une publication sur le transport et la logistique, “les données du BEA sur les stocks de détail (à l’exclusion des véhicules à moteur et des pièces détachées) et les ratios stocks/ventes soulignent la vigueur des dépenses de consommation… [Les stocks ne représentaient que 0,96 mois de ventes, soit une légère augmentation par rapport au niveau le plus bas jamais atteint en mars et 12,2% de moins que le ratio de mai 2019.”

 

Derniers articles publiés sur GLADIO VERITATIS

 

11

 

 ABONNEMENT : 15€ / mois    soit 0,50 cents par jour

 

LIESI 476

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES