Risques pour les pays en développement si le resserrement commence trop tôt – Partie 1

82

2aa

Les gouvernements des économies avancées du monde entier ont effectué un acte budgétaire de haute volée, fortement soutenu par les politiques monétaires ultra-flexibles des banques centrales, pour lutter contre le ralentissement lié à la gestion de la pseudo crise sanitaire dite ‘Covid’. 

Les économies de marché émergentes seront confrontées à des risques considérables au début du resserrement, ce qui pourrait se produire au premier signe d’une reprise durable de l’inflation.

L’année dernière, nous avons bénéficié d’un tsunami de liquidités mondiales alors que les principaux pays ont lancé un assaut à grande échelle contre la récession. Il est essentiel que cela ne se termine pas par un arrêt brutal. La diminution du taux d’assouplissement quantitatif, suivie de sa liquidation et enfin d’une augmentation des taux d’intérêt par les banques centrales systémiques, menées par la Réserve fédérale, aurait de graves conséquences pour les économies émergentes. Les décideurs politiques s’inquiètent à juste titre d’une répétition des turbulences du ‘‘taper tantrum’’ de 2013 causées par la décision de la Fed de dénouer les mesures de relance de l’après 2008-09.

Cela pourrait nuire gravement aux perspectives de croissance, en particulier dans les pays en développement, dans un contexte de tensions commerciales mondiales entre les principaux blocs commerciaux. Malheureusement, l’Organisation mondiale du commerce continue d’être dysfonctionnelle. De nombreux dommages collatéraux pourraient s’ensuivre. Il y a un dicton africain : ‘Quand les éléphants se battent, l’herbe souffre’.

Jusqu’à présent, les marchés et les gouvernements ont accueilli favorablement la décision des principales banques centrales d’assouplire les mandats d’inflation. Cela a été conçu pour donner de la crédibilité à leurs politiques ‘‘plus bas pour plus longtemps’’. Les taux directeurs réels sont nettement négatifs dans de nombreuses grandes économies. Bien qu’ils ne l’appellent pas explicitement ainsi, de nombreux pays ont mis en pratique ce que l’on appelle la théorie monétaire moderne, l’accommodement monétaire soutenant directement les politiques budgétaires expansionnistes des gouvernements. Les projections indiquent que, d’ici 2025, l’importante expansion budgétaire sera annulée de manière décisive. Cela doit être pris avec une pincée de sel.

 

 

Derniers articles publiés sur GLADIO VERITATIS

 

15

 

 ABONNEMENT : 15€ / mois    soit 0,50 cents par jour

 

LIESI 476

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES