Risques pour les pays en développement si le resserrement commence trop tôt – Partie 2

103

2aa

Quels sont les risques, notamment pour les économies en développement ? A un moment donné, les marchés exigeront un durcissement du langage des banques centrales des pays avancés concernant une éventuelle normalisation des politiques. Les effets seront asynchrones. Les rebonds nationaux du choc d’approvisionnement provoqué par la gestion Covid varieront d’une économie à l’autre, en fonction de l’évolution de la pandémie à l’intérieur des frontières et de la réaction des gouvernements nationaux en termes de blocages progressifs, de programmes de vaccination, de rappels, etc. 

La nature asynchrone est en soi un risque distinct, car cela peut contribuer à la confusion et au langage contradictoire des grandes banques centrales.

Les prévisions à la fois dans les économies de marché avancées et émergentes suggèrent globalement que la politique est ultra souple. Il faut espérer que les oscillations ne deviennent pas excessives. Actuellement, cela semble être propice à la transition vers la normalité politique.

Une grande question est de savoir dans quelle mesure les banques centrales peuvent se substituer aux gouvernements qui ont la responsabilité principale de faire face aux risques liés à la santé publique. La part de l’augmentation des dépenses directes de santé publique dans l’augmentation globale des dépenses publiques a été relativement faible.

Les économies de marché émergentes ont eu moins d’opportunités que les pays avancés de “jeter l’évier fiscal” aux pertes de production de 2020. Les données budgétaires montrent que les pays qui pouvaient se le permettre ont emprunté davantage et que ceux qui n’avaient pas l’espace budgétaire ont été prudents. Les pays du G7 ont augmenté leurs déficits budgétaires d’environ 9 points de pourcentage du produit intérieur brut en 2020. Les pays à faible revenu ont augmenté leurs déficits d’à peine 1,5 point de pourcentage du PIB et les marchés émergents/pays à revenu intermédiaire se situent entre les deux, augmentant les déficits de 5 points de pourcentage du PIB.

Compte tenu de leur marge de manœuvre budgétaire restreinte, les pays émergents se sont davantage appuyés sur la politique monétaire. Dans l’ensemble, le succès d’avant Covid à maintenir l’inflation plus ou moins sous contrôle a permis aux banques centrales des marchés émergents de réduire de manière agressive leurs taux directeurs. Jusqu’à présent, l’inflation semble être relativement modérée, mais il y a des signes de changement. Les banques centrales des pays émergents, à l’exclusion de la Chine, ont augmenté leurs bilans d’environ 5 points de pourcentage du PIB, y compris un certain soutien aux dépenses officielles. Les gouvernements des marchés émergents et les banques centrales ont pour la plupart suivi des politiques prudentes. Cela a bien servi le monde. Lorsque les pays avancés commencent à penser à un nouveau resserrement, ils doivent pleinement prendre en compte les risques des marchés émergents. Les répercussions négatives d’un resserrement prématuré seraient autodestructrices, car les retombées dans les économies émergentes se répercuteraient sur les pays avancés – et le monde entier serait dans une pire situation…

 

Derniers articles publiés sur GLADIO VERITATIS

 

17

16

 ABONNEMENT : 15€ / mois    soit 0,50 cents par jour

 

LIESI 476

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES