Les communistes restent des menteurs et des barbares – Partie 2

271

1c

On ne peut plus nier le fait que la Chine est maintenant un empire qui exporte ses normes et ses institutions dans le monde. Ses pratiques de travail d’exploitation se répandent dans d’autres pays, à travers des projets d’infrastructure qui emploient des travailleurs chinois et les obligent à travailler dans des conditions épouvantables. 

La police armée populaire, une organisation paramilitaire qui allie forces de l’ordre et capacités de combat, étend discrètement sa présence à l’étranger, pour assurer la sécurité en Asie centrale et tout au long de l’initiative “la Ceinture et la Route”. Dans des pays comme la Serbie et l’Italie, la police chinoise patrouille dans les rues avec les forces locales pour protéger les touristes chinois. Plus particulièrement, Pékin essaie de généraliser ses restrictions à la liberté d’expression, utilisant son pouvoir de marché pour intimider les critiques à l’étranger.

Pékin déploie ces policiers au nom d’un système politique autoritaire qui rend incontestablement son influence internationale plus lourde et menaçante pour le monde dit démocratique. 

Ceux qui donnent du crédit aux dirigeants chinois quand ils affirment que le Parti communiste respecte la souveraineté nationale et l’autodétermination deviennent de vrais collabos de Pékin… et ils sont de plus en plus nombreux dans le système politique occidental. On vient par exemple d’entendre le marxiste J. Trudeau exprimer son admiration pour le modèle communiste de Pékin. Combien vont voter pour cet affreux personnage aux prochaines élections canadiennes ? Idem en France avec E. Macron qui adule Mao. Que l’ignorance volontaire des gens est terrible…

Finalement, les dirigeants communistes chinois ne font que reprendre les vieilles habitudes du système historique de tribut chinois : un ordre classiquement hégémonique, dans lequel les Etats d’Asie payaient un tribut à l’empereur en échange d’une reconnaissance diplomatique et d’avantages économiques, ou en payaient les conséquences. Après la prise du pouvoir par le Parti communiste, Mao Zedong a parlé le langage de l’autodétermination tout en soutenant les guérillas et les mouvements révolutionnaires en Asie du Sud-Est, en Afrique et dans d’autres parties du monde en développement. Le régime de Xi a maintenant repris le flambeau, développant ses propres formes d’intervention dans les Etats étrangers au sens large et non plus en Asie.

Les empires font ce que font les empires. Même si la Chine peut le nier, son comportement semble de plus en plus impérial. La différence aujourd’hui par rapport au passé, vient du fait que les dirigeants communistes chinois étendent grandement leur influence sur les partis politiques dirigeant la sphère occidentale…

 

Derniers articles publiés sur GLADIO VERITATIS

33

32

 

 ABONNEMENT : 15€ / mois    soit 0,50 cents par jour

 

LIESI 477

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES