Le réseau de Davos organise une crise de l’énergie pour détruire l’économie et ruiner le consommateur – Partie 2

528

2

Bien que petits, les Pays-Bas sont le deuxième exportateur mondial de produits alimentaires en valeur, en partie grâce à leurs serres à haut rendement qui s’étendent sur quelque 10000 hectares (25 000 acres) – environ la taille de Paris. Ils cultivent des légumes comme des tomates, des concombres, des poivrons et des fleurs (notamment des orchidées, des tulipes et des chrysanthèmes), faisant du pays l’un des principaux fournisseurs européens de produits frais et une immense plaque tournante pour le commerce floral.

En 2020, les exportations néerlandaises de produits de serre s’élevaient à 9,2 milliards d’euros (10,7 milliards de dollars). L’énergie joue bien évidemment un rôle majeur pour ces résultats. Il faut en effet chauffer ces immenses structures de verre qui utilisent jusqu’à 3 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an, soit environ 8,2% de la consommation globale de carburant du pays. La flambée des prix de l’énergie en Europe a un “impact massif” sur le secteur, a déclaré Cindy van Rijswick, analyste senior chez Rabobank. Cela pousse certains producteurs à réduire l’éclairage, à terminer la saison de croissance plus tôt ou à prévoir de commencer plus tard au printemps prochain. 

“Ce sont des mesures drastiques qui réduisent la production et le rendement et ont des conséquences économiques majeures pour les entreprises”, selon l’association industrielle Glastuinbouw Nederland. “Nous ne pouvons pas exclure que les consommateurs paieront également plus pour leurs légumes, leurs fleurs et leurs plantes.”

Toute pénurie de fruits et légumes pourrait alimenter davantage l’inflation alimentaire. Les récoltes de céréales ont été affectées par le mauvais temps, les coûts d’expédition montent en flèche et les pénuries de travailleurs abondent des fermes aux restaurants. La crise énergétique pourrait exacerber ces problèmes – se répercutant non seulement sur les serres, mais aussi sur les coûts des engrais répandus pour augmenter les rendements des cultures.

L’énergie représente jusqu’à 30% des coûts de la plupart des cultures sous serre, explique Glastuinbouw Nederland, et une grande partie des approvisionnements en gaz utilisés sont achetés à des prix au comptant. Les contrats à terme standardisés sur le gaz naturel néerlandais ont quintuplé depuis le début de l’année, battant les records précédents.

Marcel van der Lugt de Lugt Lisianthus, une entreprise de culture de fleurs que sa famille dirige depuis un siècle, affirme que les prix augmenteront probablement après que les factures d’énergie auront quadruplé et augmenté les coûts de 20 à 25%. Les fleurs parfumées ressemblant à des roses sont principalement exportées vers des pays comme la Russie, l’Allemagne et la France.

Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres mettant en lumière ce que le réseau Davos est en train d’organiser pour démontrer combien les énergies fossiles doivent être bannies. Mais pour être remplacées par quoi ? Tout ce que ces oligarques de Satan proposent ne marche pas. La vérité est que tous ces gens et la classe politicienne qui lèche leurs bottes par esprit d’orgueil et une volonté de briller, c’est d’organiser une grande misère… d’où l’importance du CONTRÔLE que doit mettre en œuvre la politique sanitaire, fondée sur des mensonges et une volonté eugénique de réduire la population. Il est en effet plus facile de contrôler un ‘‘cheptel humain’’ (comme on l’appelle dans certains milieux de sociétés secrètes) réduit de 70%…

Mais comment leur plan va t-il s’achever ? Réponse à la fin de la dernière série de la Lettre des Prophéties – ce sera le moyen de comprendre l’importance de bien se préparer à ce qui y est annoncé.

 

Derniers articles publiés sur GLADIO VERITATIS

54

 

 ABONNEMENT : 15€ / mois    soit 0,50 cents par jour

 

LP 170-192

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES