Les complotistes se cachent derrière l’OMS pour quelle raison, selon vous ?

441

2

Dans le monde, un nombre croissant de pays s’efforcent de respecter la norme de l’OMS pour la vaccination contre le COVID-19 – une couverture vaccinale de 70 pour cent de la population. La première ligne du classement est occupée par les Emirats arabes unis (EAU), où au 11 septembre, le nombre de vaccinés totalement et partiellement était de 88,92%. Viennent ensuite le Portugal (86,76%) et l’Espagne (79,37%).

Le club des ‘‘années soixante-dix’’ comprend aujourd’hui une vingtaine de pays de continents différents, avec des niveaux de développement économique différents, avec des densités de population différentes, des climats différents, etc.

Selon les derniers décrets de Joe Biden, les États-Unis devraient rejoindre ce club en octobre. Officiellement, selon ses statistiques, la Chine ferait déjà partie des ‘‘seventies’’ avec un indicateur de 76,08%. Curieusement, la Russie fait partie du groupe des “à la traîne”: la couverture vaccinale est de 31,18%.

Dès le début, l’OMS a déclaré qu’atteindre le niveau normatif (initialement, il l’a d’abord déterminé non pas à 70, mais à 60%) nous permettrait de vaincre la “pandémie”. Cependant, même dans les pays qui ont rempli la «norme» il y a longtemps, la victoire n’est pas visible. 

Où est donc la victoire promise ?

Au cours des premiers mois de cette année, Israël était le leader du marathon de vaccination, qui a atteint dès le mois de mai la «norme» initiale de 60%. Près de cinq mois se sont écoulés depuis, mais le miracle ne s’est pas produit. Au contraire, tout le monde est saisi par la peur, car l’infection continue de faucher les gens.

Un pays comme la Mongolie a obtenu un succès remarquable en matière de vaccination. Au 11 septembre, 67,22% de la population y était vaccinée et parmi la population adulte (de plus de 16 ans) la couverture atteignait 98%. Et dans le même temps, la Mongolie se classe à l’une des premières places au monde en termes de morbidité et de mortalité dues au coronavirus ! Pourtant, avant la campagne de vaccination, la Mongolie avait des taux relatifs de morbidité et de mortalité dus au COVID-19 très faibles. Tout a changé avec la pression de l’OMS et le lancement d’une campagne de vaccination active pour l’ensemble de la population adulte, et dès le milieu de l’été – même pour les enfants de 12 à 15 ans.

La Grande-Bretagne fait également partie du groupe des leaders en termes de taux de vaccination. Au 11 septembre, le taux de couverture vaccinale de la population était de 70,84% ; le nombre de personnes complètement vaccinées est de 64,26%. La Grande-Bretagne fait donc partie du groupe des «seventies». Là aussi, la campagne de vaccination confirme une augmentation des cas de covid !

 

2

 

Les résultats des observations de la souche Delta infectée en Angleterre contredisent les déclarations de l’OMS et du ministère de la Santé de plusieurs pays. En hiver – au printemps de cette année, l’OMS a promis que la vaccination complète (60 ou 70% de la population) garantirait une victoire complète sur le virus. Lorsqu’il est devenu évident que la victoire n’avait pas été remportée en Israël, l’OMS a modifié le libellé.

 

2

 

Les experts de l’OMS disent maintenant que la vaccination ne donne pas une garantie complète contre une infection ultérieure, mais l’évolution de la maladie après la vaccination est plus facile… Et surtout, la mortalité diminue.

D’après le rapport du ministère britannique de la Santé, on constate que les non vaccinés ne représentaient que 29,8% des décès dus à l’infection par la souche Delta, et les vaccinés partiellement ou totalement – 68,9%. Il est à noter que le taux de mortalité augmente fortement après la deuxième injection. Après la première injection, 7,9% sont décédés ; après la seconde – 60,7%, soit 7,7 fois plus.

Aujourd’hui, dans de nombreux autres pays, on parle de la nécessité de doses supplémentaires, les vaccinations dites de rappel. Dans un certain nombre de pays (principalement en Israël), les vaccinations de rappel battent déjà leur plein. Un certain nombre de médecins préviennent qu’ils entraîneront une augmentation exponentielle des décès : c’est exactement la conclusion d’une étude du ministère de la Santé. Et dans le même temps, en septembre, les autorités britanniques prévoient de lancer un programme de revaccination de la population (la troisième injection). Cela a été  annoncé le 12 septembre dans une interview accordée à  Sky News par le  ministre de la Santé  Sajid Javid. Où est la logique ? Ou le ministère britannique de la Santé suit-il docilement les ordres de l’OMS, qui commande aujourd’hui le ministère de la Santé dans la plupart des pays du monde ? ce qui est grave à la lumière de la mortalité qui commence à exploser chez LES VACCINES.

Comment appeler cela… d’après vous ?

 

Derniers articles publiés sur GLADIO VERITATIS

55

 

 ABONNEMENT : 15€ / mois    soit 0,50 cents par jour

 

LP 170-192

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES