Le capitalisme changera, mais peut-être pas comme l’attendent les marxistes -Partie 1

60

4

‘‘Le capitalisme a-t-il besoin d’un peu de marxisme pour survivre à la quatrième révolution industrielle ?’’ Tel est le titre d’un article publié sur le Forum Economique mondial de Davos, le 22 juin 2016… donc bien avant le déclenchement du processus de transformation de notre monde : la destruction de l’Ancien Monde pour l’émergence de quelque chose qui transparaît progressivement et avec beaucoup d’interrogations. En fait, on sent que le projet n’avance pas comme prévu et que l’imprécision conduit les complotistes de Davos a engager des situation sans retour et dramatique… pour les peuples comme pour eux.

A l’époque, les dirigeants présents et les pionniers de la technologie débattaient de ce à quoi pourrait ressembler la vie après la quatrième révolution industrielle, pilotée par des robots.

Cette question de la quatrième révolution industrielle est le dada du fondateur officiel du Forum économique mondial, le professeur Klaus Schwab.

Nous avons développé toute sa vie et l’idéologie de son père (dans la série LISO 386-400), qui fut à l’origine du destin de Klaus Schwab, dès qu’il fut remarqué par le réseau Kissinger et ses amis du Club de Rome (Cf. LISO).

Klaus Schwab a écrit un livre sur l’avenir du capitalisme. Un grand changement est souhaité et notamment par l’intermédiaire de cette quatrième révolution technologique. Le problème avec l’innovation, ce sont ses conséquences dans le monde qui meurt pour laisser la place à d’autres technologies. Mais elles sont ‘transformatrices’ en ce sens qu’elles provoqueront des remous désagréables… il y aura beaucoup de casse sociale.

Schwab ne s’en est jamais caché dans ses écrits et ses différentes interventions : la quatrième révolution industrielle a le potentiel de décimer les niveaux d’emploi mondiaux, grâce aux progrès de la productivité inspirés par les percées de la robotique.

Pourquoi parler de quatrième révolution ?

Elle s’inscrit dans le prolongement des trois précédentes révolutions industrielles: 1) la révolution des transports et de la production mécanique de la fin du 18e siècle, 2) la révolution de la production de masse de la fin du 19e siècle et 3) la révolution informatique des années 1960.

Ce qu’avancent les milliardaires parvenus au contrôle de la Haute finance, de l’industrie, du Vatican (volontairement nous ne disons pas l’Eglise catholique puisqu’elle est éclipsée par cette fausse Eglise conciliaire qui n’a rien de catholique avec ses nouveautés fantasmagoriques), des grandes institutions supranationales, etc., est que cette révolution va provoquer un chômage de masse… elle va atomiser l’emploi de l’Ancien Monde. Il faut donc mettre en œuvre certaines conditions de contrôle des peuples si vous voyez ce que l’on veut dire… Et puis, si l’on réaliser un HOLOCAUSTE mondial par une crise sanitaire à plusieurs marches finalisée par des guerres régionales dévastatrices, que ces fadas seraient heureux. Ils espèrent, ils jouissent de leurs rêves diaboliques, mais le problème des satanistes ou des lucifériens est qu’ils sont bouffés par la haine… même entre eux

 

Derniers articles publiés sur GLADIO VERITATIS

60

 

 ABONNEMENT : 15€ / mois    soit 0,50 cents par jour

 

LP 170-192

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES