Les peuples vont payer le transfert de pouvoir vers le Club de Mammon

94

6Les déboires et l’effondrement de l’Occident ne sont plus le songe d’une nuit d’été, cela devient quelque chose de concret. Le politique a fini par abandonner le pouvoir régalien et les décisions se prennent lorsque les oligarchies se réunissent. On parle beaucoup de Davos, mais il y a d’autres lieux plus discrets. Même les commissaires du peuple de Bruxelles n’ont plus de pouvoir. Eux aussi sont comme les politiciens nationaux, des chambres d’enregistrement chargées de mettre en musique des décisions prises en amont.

Comme l’enseigne la sainte Ecriture, quand on veut être loin de la lumière, c’est rarement pour faire le bien. D’où la différence entre les fils de la lumière et les fils des ténèbres.

Notre monde étant sous la houlette d’un pouvoir (occulte) qui veut rester dans l’ombre, il n’y a pas de surprise à ce que les choses aillent de pis en pis. En outre, ce processus a une connotation mystique: les fils des ténèbres font progressivement émerger une société qui ressemble de plus en plus à ce que la sainte Ecriture a désigné comme le temps de l’Antéchrist. Ainsi, le Nouvel Ordre Mondial et la nouvelle Normalité que l’on voit émerger avec la tyrannie sanitaire traduit l’approche sur le rivage de ce temps nauséabond où la dictature doit s’instaurer et dominer les nations de la terre.

Par conséquent, nous sommes aux premiers bancs pour assister à la déconfiture du bloc occidental. La question énergétique est sur les prompteurs et nous bénéficions, pour le moment, d’un temps agréable en Europe. Mais cela pourrait ne pas durer!

Comment se chauffer quand tout le processus énergétique européen boit le bouillon? Il vous faudra lire le prochain numéro de la lettre confidentielle qui fait suite à la démonstration du drame que s’apprête à gérer le POLITBURO de Pékin.

La Russie de Poutine, elle, a annoncé qu’elle ne ferait pas tout son possible pour offrir aux consommateurs européens du gaz supplémentaire pour atténuer la crise énergétique actuelle, à moins qu’elle n’obtienne quelque chose en retour : l’approbation réglementaire pour commencer les expéditions via le gazoduc controversé Nord Stream 2. Il faut donc attendre  l’approbation de l’Allemagne et de l’Union européenne pour commencer à utiliser le gazoduc russe vers l’Europe, selon des proches du géant gazier public Gazprom et du Kremlin. “Nous ne pouvons pas venir à la rescousse juste pour compenser des erreurs que nous n’avons pas commises”, a déclaré Konstantin Kosachyov, un haut législateur pro-Kremlin à la chambre haute du Parlement, dans une interview, sans préciser ce que recherche la Russie. 

Les régulateurs allemands ont déclaré que leur décision initiale ne pourrait intervenir qu’en janvier, après quoi la Commission européenne devrait également donner son feu vert. Janvier, c’est bien loin…

Il y a quelques jours, l’opérateur du gazoduc a déclaré être prêt techniquement mais attend les décisions de l’UE.

Pendant ce temps,  la flambée des coûts du carburant a causé des ravages économiques croissants.

Est-ce que les relations entre les commissaires du peuple européen et le Kremlin vont se dégeler avant l’hiver ? Rappelons que la Russie subit des sanctions depuis des années. Il est bien naturel que les Russes n’aient aucune envie de rendre service. Pourtant, les exportations vers l’Europe sont en hausse cette année par rapport aux niveaux déprimés de l’année dernière – elles sont à la traîne par rapport à 2019, selon l’Oxford Institute for Energy Studies.

Les flux quotidiens ont chuté en octobre et Gazprom a mis du temps à remplir les installations de stockage qu’il possède en Europe, ce qui a accentué la pression à la hausse sur les prix. 

Dans ce contexte, il n’y a pas d’unanimité au sein même des Européens. La Pologne et l’Ukraine font tout leur possible pour bloquer l’achèvement de l’accord énergétique avec le Kremlin. Bien sûr, l’ogre américain n’est pas très loin…

 

LIESI 480

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES