L’administration Biden pousse la Russie à la guerre pour cacher son effondrement -Partie 3

90

4

Le service de renseignement extérieur russe, le SVR, a réagi aux avertissements des Etats-Unis concernant une invasion potentielle, la qualifiant d’“absolument fausse” dans un communiqué récent.

“Le département d’Etat américain transmet par voie diplomatique à ses alliés et partenaires des informations absolument fausses sur la concentration de forces sur le territoire de notre pays en vue d’une invasion militaire de l’Ukraine”, a déclaré Sergueï Ivanov, chef du bureau de presse du SVR.

Depuis des semaines, les Etats-Unis partagent avec leurs partenaires de l’OTAN et leurs alliés européens des renseignements sur des mouvements inhabituels de troupes russes près de la frontière ukrainienne qui, selon les responsables de l’armée et du renseignement américains, pourraient être le signe avant-coureur d’une opération militaire sur le flanc oriental du pays. Les briefings sont allés beaucoup plus loin que par le passé en termes de niveau d’alarme et de spécificité, selon des sources américaines, européennes et ukrainiennes familières avec les discussions.

Le ton de l’Ukraine a également changé de manière significative depuis que les Etats-Unis l’ont informée. Au début du mois, les responsables ukrainiens ont minimisé les informations selon lesquelles la Russie rassemblait des forces près de la frontière. Aujourd’hui, à la suite de réunions approfondies entre des responsables américains et ukrainiens, le chef des services de renseignement de la défense ukrainienne, le général de brigade Kyrylo Budanov, vient d’avertir publiquement que la Russie se dote d’une capacité d’attaque dès janvier – un délai conforme aux évaluations des Etats-Unis.

Pas de preuve irréfutable

Les responsables ajoutent néanmoins que le plan final de la Russie reste flou. “Il n’y a pas d’indicateur décisif sur les intentions de Poutine”, a déclaré un responsable de la défense. Et il est possible que les manœuvres soient un effort pour semer la confusion ou pour contraindre l’Occident à faire des concessions, plutôt que le précurseur d’une invasion.

Malgré tout, les Etats-Unis continuent de mettre en garde contre l’éventualité du pire scénario, à savoir une tentative de changement de régime à Kiev par Moscou, motivée en grande partie par la détermination de Poutine à empêcher l’Ukraine de se rapprocher de l’Occident et de rejoindre éventuellement l’OTAN.

 

LISO 400 414

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES