L’influence de la Chine communiste dans l’Université d’Occident – Partie 3

97

3a
Le sénateur Ted Cruz (R., Texas) a déclaré que les relations des universités américaines avec le Parti communiste chinois créent des risques pour la sécurité nationale des Etats-Unis. “La mainmise du Parti communiste chinois sur les universités américaines présente des risques aigus pour notre sécurité nationale”, a-t-il déclaré, lui qui a obtenu sa licence à Princeton. “Le PCC utilise la recherche et les relations américaines pour faire de la propagande, mener des activités d’espionnage et imposer le silence sur ses propres crimes. Rappelons que le Parti démocrate est redevable à ses donateurs et sponsors dans l’enseignement supérieur. Un sésame pour le PCC qui a ainsi un accès alarmant aux législateurs américains.”

Cruz et d’autres responsables américains, dont le directeur de la CIA William Burns, ont mis en garde contre l’affiliation à un autre bienfaiteur éminent de Princeton, Tung Chee-hwa.
Tung, le fondateur de la China-US Exchange Foundation, est l’un des principaux donateurs du Centre de Princeton sur la Chine contemporaine, qui parraine des recherches, organise des forums politiques et planifie chaque année des visites d’étudiants à Pékin. Tung est une figure influente du système du front unique, qui mène les efforts d’influence du Parti communiste chinois à l’étranger. Il est également vice-président de la Conférence consultative politique du peuple chinois, un organe consultatif du Parti communiste chinois.
Tung a donné au moins 1 million de dollars depuis 2012, selon les données compilées par le projet Clarion.
Burns a déclaré au Congrès cette année qu’il avait rompu les liens avec la China-US Exchange Foundation lorsqu’il était président de la Carnegie Endowment for International Peace. Il a dit à la commission sénatoriale du renseignement que “le gouvernement chinois utilise la China-US Exchange Foundation dans le cadre de son approche pangouvernementale… pour essayer d’influencer les développements politiques, économiques et culturels au profit des intérêts du PCC”.
Ajoutons que le sénateur Cruz a joué un rôle majeur dans la décision de l’Université du Texas, en 2018, de rejeter le financement de la China-US Exchange Foundation.
Bien que le Center on Contemporary China n’offre pas une approbation totale des politiques de la Chine, il a largement évité les sujets brûlants qui préoccupent la Chine, tels que son génocide contre les musulmans au Xinjiang et sa répression des dissidents pro-démocratie.
La censure, le vol de propriété intellectuelle et les violations des droits de l’homme sont tous des problèmes contemporains clés en Chine, mais le soi-disant Centre sur la Chine contemporaine de Princeton ignore ces problèmes…

LISO 400 414

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES