La France se prépare à des coupures de courant et ses stocks de gaz diminuent – Partie 1

369

1
Il y a un an, les médias français annonçaient de probables coupures de courant et l’année s’est finalement bien passée… de ce point de vue, bien évidemment. Cette nouvelle année donne lieu à un avertissement similaire, mais le contexte énergétique est devenu très différent. Les politiciens européens et l’UERSS de Bruxelles sont passés très ouvertement sous la tutelle des sociopathes de Davos. Un groupe de personnes profondément mal dans leur peau qui voudraient dépeupler massivement l’Occident pour les remplacer par des millions d’étrangers et leur offrir un petit revenu afin d’assurer leur tranquillité dans un Nouveau Monde.

Ce réseau de milliardaires, qui a choisi des personnalités très orgueilleuses, rêvant d’être en guerre contre leurs populations pour témoigner leur capacité à satisfaire et à bien servir le comité exécutif de Davos, veut tailler dans le vif. Une nouvelle politique énergétique européenne a été choisie par ce groupe de politiciens qui mène l’Europe comme un autre Titanic : à fond la vapeur sur les icebergs. Ils pensent que leur machin européen est insubmersible. Nous verrons dans quelques années combien tous ces Judas ont tristement fini… comme le premier.
En attendant, ils sont bien au pouvoir et vont produire ce qui arrive dans les peuples tournent le dos à leur Créateur.
La crise énergétique européenne a conduit à une pénurie de gaz naturel, et la France pourrait en payer le prix. L’opérateur français de gazoducs GRTgaz a averti que les stocks de gaz sont beaucoup plus faibles à ce stade de l’année qu’ils ne l’étaient au cours des années passées.
Les problèmes énergétiques de la France ont été exacerbés par la capacité plus faible que d’habitude des centrales nucléaires du pays.
Côté Britanniques, ils ne sont pas la seule nation européenne à se trouver au bord d’une crise énergétique de grande ampleur. Pour en revenir à l’opérateur français de gazoducs GRTgaz, il a prévenu que les stocks de gaz français risquaient d’être épuisés avant la fin de l’hiver, une catastrophe qui pourrait faire passer le gel de l’année dernière au Texas pour une simple catastrophe si une soudaine vague de froid faisait exploser la demande.
Selon les données de Gas Infrastructure Europe, les stocks français étaient remplis à environ 34% au 1er février, ce qui est bien inférieur à la moyenne quinquennale de 42%. Les stocks sont maintenant au niveau saisonnier le plus bas depuis 2018, lorsqu’une brutale vague de froid hivernale surnommée “la Bête de l’Est” avait laissé les réserves françaises à seulement 3% à la fin de la saison de chauffage.

LIESI 487

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES