Des symptômes alarmants pour des changements économiques mondiaux

465

1A

Jeff Currie n’est pas n’importe qui et ses opinions sont très suivies sur la place financière de New York et pas seulement. C’est le responsable de la recherche sur les matières premières chez Goldman Sachs Group Inc.

Il affirme ne jamais avoir vécu ce qui arrive actuellement sur les prix des marchés des matières premières et surtout les énormes pénuries actuelles.

On voit des commerçants payer des primes exceptionnelles pour un approvisionnement immédiat. C’est du jamais vu ! Les critères techniques qu’il suit indiquent qu’il y a un sous-approvisionnement majeur des produits de base. Ce sont là des signaux de marché très alarmants, démontrant non seulement une tendance à court terme, inhabituelle pour le marché, mais qui annoncent des problèmes structurels dans l’ordre économique mondial.

En ce qui concerne les marchés des matières premières eux-mêmes, les experts soulignent que depuis 1986, l’illusion d’un excédent de matières premières a été artificiellement créée par la croissance constante des transactions à terme sur les matières premières. Tel est le cas par exemple sur le marché de l’argent métal dont les cours internationaux sont manipulés par la JP Morgan et ils restent à des niveaux très bas, alors que la production décline et que la demande ne cesse d’augmenter.

Pour bien d’autres matières premières, la Crise du Covid a été un catalyseur pour mettre fin à cette pratique de manipulation des marchés à terme. Comment maintenir sous contrôle les principaux flux de transit et les infrastructures économiques du monde ?

Le tournant a eu lieu en 2008, lorsque Washington et Bruxelles ont permis à la finance d’imprimer massivement pour prolonger la vie du modèle boursier de l’économie, créant un excédent d’argent sur les bourses et favoriser des bulles.

Il est important de comprendre qu’émettre de la monnaie n’était pas et n’est pas le moyen de résoudre le problème, mais de reporter la solution. En d’autres termes, ils ont gagné du temps tout en créant les conditions d’une catastrophe majeure à venir.

La solution ne se situe pas dans la sphère économique, c’est-à-dire qu’elle ne peut être trouvée en manipulant les paramètres du modèle économique existant. C’est en changeant le paradigme du développement économique mondial ou en changeant le modèle économique mondial lui-même.

On nous parle maintenant d’une croissance limitée par un mécanisme de développement durable (maîtrise globale des ressources de la planète) et d’aucuns veulent y voir une solution. Se pose alors la question principale : qui définira le cadre et les paramètres du développement durable, de la nouvelle réglementation ?

En répondant à cette question se trouvent les principales causes de la crise… Elles découlent d’une vision radicalement différente de leur place et de leur rôle dans l’ordre mondial de la part des élites des Etats-Unis-Grande-Bretagne, Chine, Russie et Europe.

Bien sûr, il existe d’autres solutions : de la régionalisation sensée à la guerre mondiale ou à une véritable pandémie… D’une manière ou d’une autre, la question principale reste inchangée : qui définira finalement la réglementation ?

LIESI 487

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES