L’Etat profond veut une guerre en Europe de l’Est – Partie 3

552

1b

Il n’y a pas d’unanimité parmi les pays membres de l’OTAN. La crise actuelle creuse le fossé entre l’axe anglo-saxon et les principales puissances continentales de l’UE.

Le 12 février, le président russe Vladimir Poutine et le dirigeant français Emmanuel Macron se sont entretenus par téléphone. Ils ont discuté des garanties de sécurité de la Russie, des spéculations sur la prétendue invasion de l’Ukraine et de la réticence de l’Occident à amener Kiev à la mise en œuvre des accords de Minsk.

La Russie n’est pas d’accord avec les affirmations des Etats-Unis et de ses alliés, rejetant tout plan d’agression non motivée contre l’Ukraine. Le ministère russe des Affaires étrangères a assuré qu’il considérait comme inacceptable une guerre à grande échelle entre la Russie et l’Ukraine. Le secrétaire du Conseil de sécurité, Nikolai Patrushev, a qualifié les jugements concernant la menace contre l’Ukraine de “complètement absurdes”.

« La Russie n’a jamais été la première à attaquer qui que ce soit », a-t-il déclaré.

La position du Kremlin dans le processus de négociation et sa rhétorique officielle, constamment répétée en réponse à toutes les provocations de l’Occident, révèlent que la Russie est prête à tout développement, y compris une réponse militaire à l’Ukraine et à ses patrons anglo-saxons.

Ainsi, malgré le fait que les manœuvres préliminaires programmées des navires de guerre russes en mer Noire et les exercices militaires conjoints en Biélorussie soient devenus un autre sujet faisant la une des journaux, la Russie a démontré qu’aucun exercice sur son territoire, ainsi que dans ses eaux, ne sont un signe d’attaque imminente contre un autre Etat. Cependant, ils démontrent la pleine préparation au combat des forces militaires russes.

La Russie ne peut franchir la frontière ukrainienne qu’en cas d’agression massive contre la RPD ou la RPL, qui pourrait entraîner de nombreuses victimes et l’occupation des territoires des républiques en violation des accords de Minsk.

Dans le même temps, l’influence des élites anglo-saxonnes sur les affaires européennes est très importante.

Dans l’après-midi du 13 février, il y avait déjà des signes de préparatifs de l’UAF pour la prochaine opération terrestre dans l’est de l’Ukraine. Les forces ukrainiennes ont commencé à nettoyer les champs de mines sur les lignes de front dans la région de Sakhanka-Kominternovo, en utilisant les systèmes de dragueurs de mines UR-77 Meteorit.

Les risques grandissent tant que Zelensky semble psychologiquement instable. Il se retrouve aujourd’hui dans une situation politique assez compliquée. Alors que les alliés anglo-saxons font pression sur lui depuis l’étranger, il subit également la pression de ses rivaux politiques à l’intérieur du pays. Par exemple, de l’ancien président de l’Ukraine et célèbre oligarque M. Porochenko, qui est revenu à Kiev il y a un mois, lorsque les tensions ont commencé à s’accélérer. Zelensky, qui est apparu en public drogué plus d’une fois, peut succomber à une influence extérieure et choisir la voie de la guerre. Une provocation sur le champ de bataille entraînerait une réponse directe et à grande échelle de la Russie. Malheureusement, ce que nous voyons n’est autre que l’effondrement des Etats-Unis : un empire qui s’écroule à cause de la perversion de sa classe politique et du rôle joué par des banquiers fous, qui refusent toute limite à leur volonté de jouir des biens de ce monde.

LIESI 487

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES