Les étrangers luttent pour survivre au confinement de Shanghai

5374

Un grand nombre de citoyens étrangers ont été pris dans le confinement prolongé du COVID-19 de Shanghai, en place depuis plus de deux semaines dans certains quartiers de la ville. Comme les résidents chinois, les étrangers sont confrontés à une situation difficile car ils luttent pour avoir accès à la nourriture et aux soins médicaux.[Vous voyez le message: jusqu’ici il y avait le scénario du covid; et maintenant on y ajoute le scénario nourriture… grâce à la gestion occidentale de la guerre en Ukraine.]

Plusieurs quartiers de la ville ont été fermés en mars, jusqu’à ce qu’un confinement de l’ensemble de la ville soit annoncé le 3 avril. Depuis lors, des rapports indiquent que certains habitants de cette ville de 25 millions d’habitants sont à court de nourriture et d’eau.

Un résident de Shanghai nommé Luo a déclaré à The Epoch Times qu’il connaissait bien la vie des étrangers dans la ville. Il a dit que s’ils ne connaissent pas le chinois, il leur est difficile de trouver des biens, y compris en ligne.

Le Sud-Coréen Yoo Jae Youn était cadre commercial de Samsung SDI en Chine, qui fait partie du groupe Samsung Electronics, et il est allé à Shanghai pour créer sa propre entreprise. Il est l’un des relativement chanceux enfermés, car il comprend bien le chinois, de sorte qu’il peut parfois “échanger des biens” avec des voisins de la communauté. “J’ai récemment dit dans un chat de groupe sur les médias sociaux que j’avais besoin d’ail, et le voisin m’a demandé d’apporter du riz blanc en échange”, a-t-il dit. Il a ajouté que sur certaines plateformes sociales, de nombreux employés d’entreprises sud-coréennes en Chine sont “très en colère” et se plaignent de la politique de confinement des autorités chinoises.

Des étudiants isolés

Le 11 avril, le média sud-coréen YTN a rapporté qu’il y avait environ 400 000 étrangers à Shanghai. Parmi eux, on estime que 150 à 300 étudiants sud-coréens vivent seuls en dehors de leur école. Ils ont dit qu’ils se sentaient isolés et impuissants et ont noté qu’il est difficile pour eux de trouver de la nourriture. Le 12 avril, au moins 15 millions d’habitants étaient toujours enfermés chez eux.

Les élèves ont déclaré que les services locaux de livraison de nourriture étaient presque paralysés. Les autorités locales ont distribué des produits d’urgence, tels que des légumes crus, moyennant paiement, mais les étudiants ne pouvaient pas cuisiner dans leurs logements locatifs. Les étudiants ont dit qu’ils ont dû échanger les légumes qui leur avaient été donnés contre de l’eau ou des nouilles instantanées avec des voisins chinois, alors qu’ils étaient emmenés pour effectuer des tests de masse sur le COVID-19. La situation des étudiants est très difficile. “Ils pleurent tous les jours et n’ont rien à manger”. “Quand ils viennent à Shanghai, ils ne parlent généralement pas chinois et ne cuisinent généralement pas eux-mêmes. Ainsi, l’approvisionnement en nourriture rationnée du gouvernement chinois ne leur sert à rien, car il s’agit uniquement de légumes crus.”

Le 10 avril, il a été annoncé que Shanghai mettrait en œuvre des mesures de contrôle différenciées, les lockdowns se poursuivant, mais en variant pour chaque communauté, allant de sept à 21 jours.

Le 12 avril, au moins 15 millions de résidents étaient toujours enfermés chez eux.

Le consulat général de France à Shanghai et 24 autres pays ont récemment envoyé des lettres conjointes au gouvernement municipal de Shanghai, en formulant six demandes pour s’assurer que les droits fondamentaux de leurs citoyens sont respectés pendant le confinement.

Le 11 avril, le département d’Etat américain a demandé à tout le personnel non essentiel et aux membres de leur famille du consulat des Etats-Unis à Shanghai d’évacuer en raison de l’épidémie de COVID- 19 et du confinement.

Voilà qui devrait susciter une sérieuse réflexion pour les électeurs français qui pensent devoir soutenir l’Elite pour vivre des jours paisibles. Ils devraient comprendre que dans cette contrée chinoise, ils voient ce qui les attend très probablement, même si le scénario covid est éculé… Le problème est que les autorités publiques doivent recourir urgemment, dans un contexte de grave crise mondiale, à des mesures dictatoriales pour «tenir» le Système qui prend le bouillon de plus en plus rapidement.

Comme les politiciens européens sont silencieux sur un fait pourtant gravissime! Pourquoi la Chine a-t-elle imposé le modèle de gestion des populations (contrôle social) depuis l’arrivée de leur covid provenant du labo de Wuhan ? Jusqu’où devrons-nous suivre la Chine communiste pour sauver la ‘démocratie’ ?

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES