Les mercenaires de Davos ridiculisés par le Kremlin

18590

Les Européens, et en particulier les Allemands, ont poussé un soupir de soulagement jeudi dernier lorsque le bloc de commandement russe a décidé de redémarrer le gazoduc Nord Stream après sa période de maintenance de dix jours. Le gaz a de nouveau afflué, mais à seulement 40% de la capacité maximale.

Mais… exactement comme nous le pressentions en finalisant le prochain numéro de LIESI, qui donnera la couleur des prochains mois, le Kremlin a décidé de faire tourner les politiciens allemands en bourrique. Alors que Siemens annonce avoir enfin livré les documents de transport pour la fameuse turbine controversée Nord Stream, bloquée au Canada depuis des semaines, Gazprom a annoncé de manière inattendue qu’il arrêterait une autre turbine Nord Stream dans sa station de compression de Portovaya à partir du 27 juillet. Le motif invoqué est la prise en compte de conditions techniques du moteur.

Traduction dans les faits : les flux de gaz de Portovaya chuteront jusqu’à 33 millions de mètres cubes par jour à partir de 7 heures du matin, heure de Moscou, le 27 juillet. Autrement dit, les flux le long de Nord Stream 1 diminueront de moitié, passant de 40% de capacité à seulement 20%.

Dans une telle situation, les experts assurent qu’il est alors certain que Berlin n’aura certainement pas assez de gaz naturel pour fonctionner tout l’hiver… à moins que de fortes réductions de la demande ne soient mises en œuvre.

Berlin devra activer l’étape 3 de son programme d’urgence gaz.

Le bloc de commandement russe va ainsi très prochainement faire connaître son programme militaire contre les Européens de l’Ouest, et notamment des Allemands. Si la Russie reste droite dans ses bottes, une grosse récession arrive sur l’Europe et tous les éléments informatifs et analysés sur Gladio Veritatis vont se produire.

En attendant, le ministère allemand de l’Economie dit ne pas comprendre et ses responsables fulminent. Si les flux de gaz russe via le gazoduc Nord Stream restent faibles, l’Allemagne ne pourra pas remplir les réservoirs à 95% en novembre, comme l’espérait le gouvernement. Autrement dit, la technocratie bruxelloise, à savoir commissaires politiques de l’UE doivent traduire tout cela par l’expression SECURITE ENERGETIQUE.

En attendant, les prix s’envolent… et les banquiers centraux de la BCE vont continuer la politique favorisant la désintégration du pouvoir d’achat des Européens, via cette devise pourrie qu’est l’EURO. Elle a repris violemment le chemin vers le sud quand les courtiers ont appris la nouvelle de la part des Russes… Tout cela démontre au grand jour QUI a le vrai pouvoir en fin juillet 2022. Les marxistes européens qui voulaient détruire le rouble et donner des leçons militaires au bloc de commandement russe vont devoir s’ingénier à trouver des moyens pour calmer des foules qui subiront un choc de température avec un pouvoir d’achat qui flanche de plus en plus vite… Pas étonnant que les mercenaires européens de Davos entraînent les populations vers un enfer sur terre. Qui sème récoltera ! Si le conflit en Ukraine n’est pas stoppé très vitement et que ce mercenaire anti ukrainien Zelensky viré, il est inutile de vous faire un dessin…

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES