L’Idée de la Sagesse dans la Spiritualité Chrétienne

24497

 

 

Intéressons-nous à l’ouvrage du chartreux Jean Lansperg,- mort en 1539. Son opuscule est intitulé Méthode pour acquérir la vraie et chrétienne Divine Sagesse et quels en sont les obstacles. L’auteur, qui écrit en latin, traite en douze petits chapitres de la Divine Sagesse qui est synonyme, selon lui, de théologie mystique. Elle consiste dans la connaissance de Dieu, à son acte dans la contemplation ; et elle ne peut s’obtenir que par le travail des vertus.

«Elle ne recherche que Dieu seul, ne veut plaire qu’à Dieu seul, ne désire jouir que de Dieu seul. Elle méprise les biens présents, recherche les biens éternels ; elle fuit la vanité du siècle et ne soupire que vers le Ciel. Elle se délivre de tout soin pour ne s’occuper que de Dieu, adhérer à Lui et en jouir pour l’éternité».

«C’est vers cette fin, vers ce but, que toute la vie de l’homme doit être dirigée».

«C’est sur le sein du Christ que Saint Jean a puisé cette Sagesse», car «c’est dans le Verbe Eternel, qu’elle est enseignée. On l’apprend et on la retient dans le secret. C’est la science la plus digne et la plus glorieuse. Elle orne et enrichit l’homme de toutes les vertus, de tous les charmes et dons, de toutes les béatitudes. Et ceux-là sont fous qui, méprisant cette Sagesse chrétienne obtenue par la contemplation, perdent un temps précieux dans la recherche curieuse d’une science humaine, vaine et abjecte… Quel compte sévère ils devront rendre à Dieu pour avoir consommé dans les bagatelles un temps si précieux qui ne nous a été donné que pour faire pénitence, acquérir les vertus et obtenir la contemplation».

Lansperg n’envisage donc la Sagesse que sous l’angle de la contemplation mystique, et bien qu’il reconnaisse que Saint Jean l’a puisée sur le cœur du Maître, il ne donne pas à l’humanité sainte de Notre-Seigneur, la part si importante qui lui revient. Ce n’est pas que le célèbre chartreux néglige la vie humaine du Fils de l’homme dans ses autres écrits, mais ici, pour l’acquisition même de la Sagesse, il semble la laisser de côté pour n’envisager, comme tant de ses prédécesseurs, que la Contemplation du Verbe Eternel.

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES