Le récit d’un crime de Washington : des prisonniers de guerre américains abandonnés en Asie du Sud-Est

24798

 

Par Ron Unz – Au cours des pourparlers de paix de Paris qui ont mis fin à la guerre du Vietnam, le gouvernement américain s’était engagé à verser à ses adversaires de Hanoï 3,25 milliards de dollars de réparations de guerre, et en échange, il recevrait les prisonniers de guerre américains détenus par les Vietnamiens. L’accord a été signé et la guerre a officiellement pris fin, mais les Vietnamiens, soupçonnant une éventuelle double trahison financière, ont retenu plusieurs centaines d’Américains emprisonnés jusqu’à ce qu’ils reçoivent le paiement promis.

Pour des raisons de politique intérieure, l’administration Nixon a qualifié les milliards de dollars promis d’“aide humanitaire” et le Congrès s’est montré réticent à l’idée d’allouer une telle somme à un régime communiste détesté. Désireux d’instaurer une “paix dans l’honneur” et souffrant déjà de l’aggravation du scandale du Watergate, Nixon et ses collaborateurs ne pouvaient admettre que plusieurs centaines de prisonniers de guerre étaient toujours aux mains de l’ennemi. De même, les dirigeants de Hanoi ont faussement prétendu que tous les captifs avaient été libérés, alors qu’ils attendaient que leur argent soit versé. Les deux gouvernements ont donc créé ensemble un grand mensonge, qui s’est largement maintenu jusqu’à aujourd’hui.

Dans les lendemains troublés de la défaite militaire américaine et de la démission de Nixon, les Etats-Unis ont cherché à oublier le Vietnam, et ni les élus ni les journalistes n’étaient désireux de revenir sur la question, et encore moins d’enquêter sur l’un des secrets les plus sales de la guerre. Les Vietnamiens ont continué à détenir leurs prisonniers américains pendant la majeure partie des vingt années suivantes, tentant périodiquement de négocier leur libération en échange de l’argent qui leur était encore dû, mais ils n’ont jamais trouvé de dirigeant américain suffisamment audacieux pour prendre une telle mesure. Le Grand Mensonge était devenu trop énorme pour être renversé.

Au fil des ans, les rumeurs concernant les prisonniers de guerre restants se sont répandues dans les cercles d’anciens combattants, et ces histoires ont fini par inspirer une série de films hollywoodiens à succès tels que Rambo, Missing in Action et Uncommon Valor, dont les intrigues ont toutes été naturellement rejetées ou ridiculisées comme des “théories du complot de droite” par nos experts médiatiques d’élite. Mais ces histoires étaient toutes vraies et, alors même que les cinéphiles américains regardaient Sylvester Stallone libérer héroïquement des militaires américains désespérés des prisons vietnamiennes, les vrais prisonniers de guerre américains étaient toujours détenus dans les mêmes conditions horribles, sans qu’aucun dirigeant américain ne veuille prendre l’énorme risque politique de tenter de les sauver ou de demander une rançon.

Finalement, les dirigeants politiques bipartisans de l’Amérique ont cherché à rétablir les relations diplomatiques avec Hanoi et à mettre enfin la guerre du Vietnam, mais cet important objectif politique a été entravé par la pression politique des familles de prisonniers de guerre. Une commission sénatoriale spéciale sur les prisonniers de guerre a donc été créée afin de déclarer leur non-existence une fois pour toutes. Le sénateur John McCain, lui-même ancien prisonnier de guerre très en vue, a pris la tête de cette opération de camouflage, peut-être parce que la nature très douteuse de son propre bilan de guerre l’incitait à échanger secret contre secret. Malgré de nombreuses preuves du contraire, les médias ont déclaré que les prisonniers de guerre abandonnés n’avaient jamais existé et ont fermé les livres sur la longue controverse qui perdure.

Il se trouve que peu de temps après la publication du rapport final de la commission et sa fermeture, un document étonnant a été découvert dans les archives du Kremlin récemment ouvertes. Dans la transcription d’une réunion du Politburo de Hanoi, les dirigeants communistes ont discuté du nombre réel de prisonniers de guerre qu’ils détenaient alors et ont pris la décision d’en garder la moitié pour s’assurer que l’Amérique paie les milliards de dollars qu’elle avait promis. Les anciens conseillers à la sécurité nationale Zbigniew Brzezinski et Henry Kissinger ont tous deux déclaré à la télévision nationale que le document semblait authentique et qu’il était indéniable que des prisonniers de guerre américains avaient effectivement été abandonnés. Bien que les médias nationaux aient consacré quelques jours de couverture majeure à cette révélation inconfortable, ils ont ensuite rapporté les démentis des gouvernements américain et vietnamien, et ont rapidement abandonné l’histoire, revenant au récit officiel : Il n’y avait pas de prisonniers de guerre abandonnés et il n’y en a jamais eu.

A l’époque, j’étais l’éditeur de The American Conservative, un petit magazine d’opinion généralement bien considéré, et j’ai finalement décidé d’engager ma publication pour donner à cette histoire l’attention qu’elle méritait de toute évidence.

 

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES