Jusqu’où voulez-vous du changement ? – Partie 1

1049

[Voici un article que vous trouvez régulièrement sur le site privé GLADIO VERITATIS… afin d’avoir un petit point de vue…]

Derrière le changement de discours de la présidence de la banque centrale américaine : de l’inflation transitoire à un excès d’inflation inquiétant, la même stratégie est toujours en place. Il s’agit d’éliminer la classe moyenne dans sa globalité en Occident. Seuls les naïfs pourront croire que les banquiers centraux ont pour objectif de freiner l’inflation.

La réalité est que des dizaines et des dizaines de millions de personnes dans le monde entier appartenant à la classe moyenne, sont en train d’être rincés socialement. Un pan considérable de la classe moyenne est rendu au seuil de pauvreté. Les salaires réels sont tellement inférieurs à une inflation proche de 20 % dans le monde réel ! Et que dire des taux d’épargne négatifs ? L’épargne des contribuables est en train de fondre à une vitesse phénoménale par rapport à l’explosion des prix ou l’effondrement du pouvoir d’achat.

La meilleure preuve que nos propos traduisent la vérité s’inscrit dans la lecture de la propagande régulièrement débitée par les journalistes aux ordres des chaînes qui les emploient. Depuis quelques semaines, et cela devient de plus en plus grossier, il est annoncé un scénario énergétique catastrophique, avec des coupures de courant… exactement ce que LIESI savait et avait dit dans le courant du mois de mai dernier. Les roitelets de la politique sont que les exécutants d’un agenda dont ils n’écrivent aucune ligne. Le politicien est devenu un mercenaire au service d’une cause à laquelle il adhère nécessairement.

Les confinements au nom d’un virus qui pouvait être soigné aisément, terrorisant les populations pour accepter des vaccinations dont on voit toutes les conséquences aujourd’hui décimer votre entourage, ne suffisaient visiblement pas. Il y a maintenant le risque de confinements d’un autre genre, à cause du manque de gaz ou de pétrole. Les rabais consentis sur les prix de l’énergie à la pompe ne sont qu’un subterfuge visant à gagner un peu de temps avant de décapiter complètement le pouvoir d’achat du contribuable.

Il faut bien comprendre que nous sommes confrontés à une crise de liquidités sur tous les grands marchés financiers internationaux de l’Occident. L’important déclin des indices des marchés financiers en est la traduction. C’est avant tout la conséquence directe de la hausse des rendements obligataires. Pour gagner du temps, les banquiers centraux doivent imprimer de la dette et les roitelets de la politique amplifient cette fausse solution via de l’endettement, ce qui amplifie le désastre à venir.

 

 

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici