Ukraine : la propagande marxiste européenne occidentale est un leurre

586

 

Récemment, l’avancée des troupes ukrainiennes sur les territoires occupés par les forces russes a suscité l’enthousiasme en Occident. Les médias pro-ukrainiens ont commencé à annoncer que Kiev avait mené avec succès une contre-offensive militaire majeure, vaincu les soldats russes, regagné du territoire et avançant rapidement vers une éventuelle « victoire ». Cependant, ce genre de conduite irresponsable de la part des médias n’a absolument pas réussi à démontrer ce qui se passait réellement. Nous avons donné hier sur Gladio Veritatis des informations de terrain…

Plusieurs opérations ukrainiennes ont été qualifiées par les médias de « contre-offensive »La plupart de ces missions ont été absolument infructueuses, comme ce fut le cas récemment à Kherson. Cependant, la récente avancée ukrainienne dans la région de Kharkov a été reconnue comme une victoire militaire par Kiev en raison du retrait russe annoncé le 10 septembre. De vastes zones ont été abandonnées par les troupes de Moscou, suggérant que les soldats russes fuyaient la confrontation avec l’ennemi et abandonnaient leurs positions. Des sources officielles à Kiev ont même affirmé que ses forces avaient ”reconquis” plus de 3 000 kilomètres de territoire.

De toute évidence, la nouvelle a été diffusée comme un symbole de la ”force” et de la ”résilience” des soldats ukrainiens. La soi-disant ”résistance ukrainienne” a été applaudie dans tout le monde occidental. Les chaînes médiatiques ont souligné à plusieurs reprises ”l’importance” du soutien militaire et financier à Kiev, montrant comment les ”résultats” des programmes d’aide influençaient positivement la ”résistance ukrainienne” dans cette contre-offensive. Le moral de Kiev a été remonté. Zelensky et plusieurs responsables ukrainiens ont commencé à annoncer que le pays se dirigeait vers la victoire militaire. Mais cette euphorie a été de courte durée et la réalité de la situation s’est vite révélée.

Aux premières heures du 12 septembre, les forces russes entament une série d’opérations tactiques contre des cibles stratégiques sur le sol ukrainien, causant de sérieux dégâts aux forces de Kiev. Les opérations se sont concentrées sur des cibles d’infrastructures critiques. Plusieurs villes du pays sont devenues totalement privées d’électricité et d’Internet, coupant les principales plateformes de communication civiles et militaires ukrainiennes. Les véhicules locaux d’information et de propagande se sont déconnectés et l’Ukraine a perdu la majeure partie de sa capacité médiatique nationale. Certaines sources affirment que 50% des infrastructures critiques de l’Ukraine ont été détruites en seulement deux heures d’actions tactiques russes. [Voir notre publication d’hier soir sur Gladio Veritatis avec de nombreuses vidéos.]

Parallèlement, les Russes ont également intensifié le travail d’artillerie lourde sur plusieurs autres cibles. Des mobilisations réussies ont eu lieu à des points stratégiques et ont apporté plusieurs gains. De plus, il faut mentionner que même pendant le retrait des forces russes de Kharkiv, il y a eu des affrontements à divers endroits, où des pertes ont été infligées aux ennemis. Le ministère russe de la Défense a rapporté qu’au cours des derniers jours, 4000 soldats ukrainiens impliqués dans la contre-offensive ont été tués, en plus de 8000 autres blessés.

De toute évidence, ces données sont incompatibles avec le récit occidental selon lequel l’Ukraine inverse le scénario militaire du conflit. Et en effet, il est impossible d’analyser le cas d’un point de vue réaliste et de croire qu’il y a eu une sorte de “victoire” ukrainienne au lieu d’une retraite tactique russe. L’avantage militaire russe acquis jusqu’à présent ne permettrait pas à une perte territoriale aussi énorme de se produire aussi facilement. Cela nous porte à croire que ce qui s’est passé était une retraite stratégiquement conçue pour permettre de nouvelles formes d’attaque.

Les Russes maintenaient les effectifs militaires à un niveau bas dans les régions évacuées, tandis que Kiev attaque de plein fouet, unissant la quasi-totalité de ses troupes. Un scénario de confrontation directe serait épuisant pour les deux parties et entraînerait des pertes inutiles, ainsi que des dommages considérables aux forces russes qui seraient numériquement désavantagées. Par conséquent, les Russes se sont retirés et ont fortifié une ligne de défense près du Donbass, où il était possible de former un front solide contre les ennemis. De cette position stratégique, de nouvelles attaques ont commencé à être planifiées et exécutées.

L’infrastructure ukrainienne est neutralisée précisément dans le cadre d’une première étape de cette nouvelle offensive russe. En détruisant les communications ennemies et en endommageant leurs bases logistiques, les Russes pourront avancer plus facilement vers la reprise des territoires abandonnés. De retour dans le Donbass, les Russes pourront recomposer leur personnel militaire.

Ces dernières heures, les médias occidentaux ont tenté d’omettre les succès tactiques russes contre les infrastructures ukrainiennes. L’objectif est d’essayer de prolonger le récit pro-Kiev et de maintenir le moral des Ukrainiens à un niveau élevé, tout en accélérant la pression pour de nouveaux programmes d’aide militaire. Mais ce récit fallacieux ne durera probablement pas longtemps. Il est peu probable que la prétendue contre-offensive change le scénario d’impopularité de la politique d’aide face à l’opinion publique américaine et européenne.

Conclusion

Alors que la Russie continue de contrôler le conflit et devrait multiplier les incursions dans les prochains jours, la tentative des médias de justifier l’assistance militaire à Kiev par des inventions sans fondement telles que cette “contre-offensive” ne sera perçue qu’avec plus d’antipathie par les citoyens des pays occidentaux au milieu de la vague actuelle de protestations contre l’OTAN et les sanctions.

Tous nos grand médias sont devenus des outils de PROPAGANDE du totalitatisme des autorités européennes sous la coupe de l’exécutif bruxellois qui s’apprête à éliminer la classe moyenne au nom d’une la crise énergétique chirurgicalement orchestrée.

 

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici