Opération propagande et massacres pour sauver la prétendue contre-offensive

829

Par L. Leizoz – Une fois de plus, il apparaît que les forces ukrainiennes et leurs troupes mercenaires alliées font délibérément des victimes civiles dans leurs régions occupées. Selon des sources locales, les forces pro-ukrainiennes auraient tiré sur des civils dans la région de Kharkov. Si ces informations sont confirmées, ce sera un autre exemple de comportement criminel de la part des agents de Kiev.

Le chef de l’administration civilo-militaire de Kharkov a récemment déclaré à TV Rossiya-24 que des mercenaires pro-ukrainiens avaient tiré sur des civils lors de la soi-disant contre-offensive ces derniers jours. [Voir le long article publié sur Gladio Veritatis et qui montre que les Russes ont tendu un piège aux néonazis de Zelensky.] En plus de tuer et de blesser des innocents, les agents filmeraient également la tragédie dans le but de diffuser sur Internet des vidéos et des images affirmant que les Russes seraient responsables. De plus, non seulement des meurtres seraient pratiqués par des mercenaires pro-Kiev, mais les actes de torture les plus cruels possibles auraient également lieu, selon l’administration locale.

Vitaly Ganchev, chef de l’administration, a déclaré : «La situation est compliquée et toujours alarmante du fait que les personnes qui ont pu sortir disent des choses terribles sur ce qui se passe actuellement à Kupyansk et Veliky Burluk. Il semble que des mercenaires conduisent et tirent sur des gens, et tout cela est filmé (…) Je suppose qu’ils doivent nettoyer ces villes et prétendre qu’il s’agissait en fait de troupes russes, qu’ils ont torturé des gens [et c’est pourquoi] des cadavres [gisent] dans les rues».

Il n’y a toujours pas de confirmation officielle d’autres sources sur ces crimes possibles, mais des images et des vidéos circulent déjà sur Internet, montrant des civils attaqués par des combattants pro-Kiev. Le gouvernement russe n’a pas encore commenté l’affaire, mais apparemment des enquêtes sont en cours. Compte tenu de l’histoire récente des crimes commis par les forces de Zelensky, il est très possible que cela se soit réellement produit, car apparemment attaquer des civils fait partie de leur pratique.

La présence de mercenaires étrangers est également un fait assez notoire sur les réseaux sociaux, avec des vidéos montrant des soldats parlant plusieurs langues différentes, principalement l’anglais. Selon les données de renseignement rapportées à l’agence de presse russe Tass, environ 2 000 mercenaires ont pris part aux affrontements à Kharkov, pour la plupart des citoyens américains, britanniques et polonais, ainsi que d’autres pays de l’OTAN.

Fait intéressant, des groupes pro-ukrainiens ont déjà commencé à diffuser des informations erronées sur les massacres présumés de civils par les forces russes. Par exemple, le portail d’informations du Kharkiv Human Rights Protection Group a publié le 13 septembre un article intitulé Les corps d’autres civils assassinés par les Russes retrouvés dans le village libéré de l’oblast de Kharkiv. Dans le texte, des soldats russes sont accusés d’avoir assassiné des civils dans la région de Kharkov, mais les preuves présentées semblent faibles et infondées, ressemblant à de simples allégations sans fondement. Dans le même ordre d’idées, CBS News avait déjà publié la veille un article intitulé Les habitants de l’Ukraine libérée se réjouissent alors que les troupes russes s’enfuient de la ville clé de Kharkiv. Des accusations non étayées sont également portées dans ce texte, où l’auteur allègue que des civils ukrainiens ont vécu “plus de six mois d’enfer”. Apparemment, la conduite russe envers les civils aurait été “impolie et anti-humanitaire”, la contre-offensive ukrainienne étant une sorte de sauvetage des citoyens. Cependant, ce récit semble totalement incohérent avec la réalité quand on considère que 5 000 personnes, dont des civils, ont été évacuées de Kharkov précisément vers la Fédération de Russie. Dans tous les territoires d’où les troupes russes se retirent, des allégations de “crimes commis par les forces de Moscou” surviennent immédiatement après l’arrivée des agents ukrainiens. Les médias occidentaux insistent sur le récit selon lequel pendant que les Russes se trouvent dans ces zones, les civils sont «opprimés» et ne peuvent pas signaler les agressions qu’ils ont subies, mais la réalité est que les zones occupées par les Russes sont les plus proches de la pacification. Apparemment, la terreur et le chaos sont apportés dans ces régions précisément par l’arrivée des forces ukrainiennes.

En fait, Kiev, assistée des services de renseignement occidentaux, a beaucoup misé sur la tactique consistant à produire des opérations sous fausse bannière. La tragédie de Bucha et les attentats à la bombe contre le ZNPP ont été les cas les plus emblématiques, mais on rapporte maintenant que quelque chose de ce genre est en train d’être tenté à Kharkov et à Izym après la contre-offensive. La pratique est la même: tuer des civils et transférer des corps d’autres régions pour former un «ensemble de massacre» devant les caméras. Ainsi, en diffusant ces images et vidéos sur internet, on espère convaincre l’opinion publique occidentale que la Russie est «cruelle» et doit être vaincue. Avec cela, les gouvernements occidentaux gagnent en force pour approuver des ensembles de mesures et poursuivre l’agression de l’OTAN contre la Russie et le peuple ukrainien. Reste à savoir si l’opinion publique occidentale continuera à être aussi facilement trompée.

En attendant ?

Des manifestations ont eu lieu à Prague, Lisbonne, Londres et dans de nombreuses autres villes, avec des personnes appartenant à une grande variété d’idéologies, y compris de gauche et de droite, et même des libertaires et des anarchistes. A l’approche de l’hiver, les Européens réfléchissent à la manière dont leurs moyens de subsistance seront affectés. Les rassemblements, les grèves, les manifestations et les protestations prennent de l’ampleur alors que le coût de la vie devient insupportable. Bien que les médias européens aient tenté de cacher cela, même les propagandistes locaux rémunérés ne peuvent ignorer la colère croissante des Européens. L’inflation est maintenant réellement proche de 15-20%.

En attendant ?

Les banques centrales préparent encore plus d’inflation en affirmant -comme les propagandistes ukrainiens- que les Russes sont responsables de la politique énergétique de l’Europe des vingt dernières années.

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici