La Russie et la Chine veulent déstabiliser le dollar – Partie 2

520

Cela fait longtemps que la Chine est consciente du fait qu’en tant que plus grand importateur de pétrole brut au monde depuis 2017 (et le plus grand importateur net de pétrole et d’autres combustibles liquides au monde en 2013), elle est soumise aux aléas de la politique étrangère américaine, indirectement par le biais du mécanisme de fixation des prix du pétrole en dollar américain. Cette vision du dollar américain comme une arme a été puissamment renforcée depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie et les sanctions imposées par les Etats-Unis qui ont suivi, dont les plus sévères – comme les sanctions contre l’Iran à partir de 2018 – concernent l’exclusion de l’utilisation du dollar américain. 

L’ancien vice-président exécutif de la Banque de Chine, Zhang Yanling, a déclaré dans un discours en avril que les dernières sanctions contre la Russie “feraient perdre aux Etats-Unis leur crédibilité et saperaient l’hégémonie du dollar [américain] à long terme”. Il a en outre suggéré que la Chine devrait aider le monde à “se débarrasser de l’hégémonie du dollar le plus tôt possible”.

La Russie elle-même a longtemps partagé le même point de vue sur les avantages, la concernant, de supprimer l’hégémonie du dollar américain dans les prix mondiaux des hydrocarbures. Mais alors, la Chine n’était pas disposée à défier ouvertement les Etats-Unis au plus fort de sa guerre commerciale sous le très imprévisible ancien président américain Donald Trump, elle ne pouvait pas faire grand-chose à elle seule. Un signe de l’intention de la Russie est venu juste après que les Etats-Unis ont réimposé les sanctions en 2018 contre son principal partenaire du Moyen-Orient, l’Iran: le directeur général de Novatek, Leonid Mikhelson, déclarait en septembre de la même année que la Russie avait discuté d’un changement du trading centré sur le dollar américain avec ses plus grands partenaires commerciaux, comme l’Inde et la Chine, et que même les pays arabes y songeaient.

“S’ils [les Etats-Unis] créent des difficultés pour nos banques russes, tout ce que nous avons à faire est de remplacer les dollars”, avait-il ajouté. A peu près au même moment, la Chine a lancé son Shanghai Futures Exchange, désormais extrêmement fructueux, avec des contrats pétroliers libellés en yuan (l’unité de négociation du renminbi). Une telle stratégie a également été initialement testée à grande échelle en 2014, lorsque Gazpromneft a tenté d’échanger des cargaisons de pétrole brut en yuan et en roubles avec la Chine et l’Europe. Comme on peut donc le voir, il existe une politique assez clair et de plus en plus assumée par un contingent de pays rejoignant la Russie, notamment depuis la guerre actuelle en Ukraine qui joue en rôle catalyseur. Pour le moment, il ne fait aucun doute que la situation ne peut pas bouger considérablement contre la devise américaine, mais l’effondrement voulu par l’Etat profond de l’Union européenne est un calcul très risqué et dangereux qui aura des conséquences dans le milieu bancaire… et donc sur les changes. Dans son effondrement, l’euro pourrait très bien emmené avec lui la devise reine. Et le dollar pourrait alors devenir comme le roi Ubu, dans un temps pas si lointain.

Vous noterez les nouvelles diffusées aujourd’hui sur Gladio Veritatis: une nouvelle étape nous menant à une Troisième Guerre mondiale sera très probablement franchie aujourd’hui… 

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici