Comment réaliser un holocauste mondial à partir de famines créées – Partie 2

1085

 

Derrière tout cet intérêt pour transformer notre nourriture et nous tuer progressivement, se cache aussi un calcul sérieux pour de gros profits. Selon les estimations préliminaires des experts gravitant autour du WEF, l’élevage bovin et la production de viande perdent plusieurs fois face à la «protéine d’insecte» en termes d’efficacité économique. Exemple : pour produire 1 kg d’un tel produit, il faut en moyenne 500 fois moins d’eau, 12 fois moins de fourrage et 10 fois moins de terre que pour produire 1 kg de protéines de bœuf. Le criquet migrateur, le tribolium de la farine, le criquet pèlerin, le grillon domestique sont reconnus comme les plus adaptés à la culture. Certaines entreprises, y compris russes, s’intéressent aux larves de la mouche du lion noir d’Amérique du Sud, qui, lorsqu’elles sont cultivées sur un substrat organique, grossissent 500 fois en poids en une semaine. On pense que les protéines et les graisses obtenus lors de la valorisation des déchets organiques à l’aide du “lion noir” peuvent être utilisés aussi bien en alimentation qu’en pharmacologie et cosmétique. Et le concentré de protéines et de lipides des larves de cette mouche aurait une valeur nutritionnelle élevée et une composition équilibrée. Aujourd’hui en Russie, il est utilisé dans les complexes agro-industriels uniquement comme additif alimentaire pour les oiseaux, les poissons et les porcs…

Sous forme séchée, ces insectes en Europe, aux Etats-Unis et en Australie sont déjà utilisés dans leur ensemble ou transformés en farine, qui peut remplacer, entre autres, la farine de soja dans la viande hachée et les saucisses. Il est également utilisé pour faire du pain et des pâtisseries. Par exemple, en Finlande, le pain aux insectes broyé contient 70 grillons séchés et moulus par pain. Les promoteurs locaux assurent dans leurs vidéos : “Les grillons font du pain une bonne source de protéines. La boulangerie espère le distribuer [du pain aux insectes] dans toute la Finlande. Nous pourrions tous manger beaucoup plus à l’avenir ces insectes. Si nous remplaçons la moitié des produits animaux que nous mangeons par des insectes ou de la viande artificielle provenant d’un laboratoire, nous libérerions une zone 70 fois la taille du Royaume-Uni et réduirions également considérablement les émissions dans la nature”… mais au prix de combien de morts ?

Plusieurs structures promeuvent activement depuis plusieurs années le remplacement de la nourriture ordinaire par des mouches et autres substituts. Voici les exemples les plus typiques. Accrochez vos ceintures !

La société israélienne Hargol FoodTech est le leader mondial de la culture des sauterelles. Les produits sont demandés en Europe et aux Etats-Unis comme ingrédient pour les shakes protéinés, les barres et les pâtes. Une autre société israélienne, Flying SpArk, produit de l’huile et de la poudre de protéines à partir d’insectes depuis 2015. Le développement utilise (pratiquement pas de déchets) des larves de mouches des fruits.

La société néerlandaise Protifarm produit une gamme d’ingrédients alimentaires à partir d’insectes comestibles depuis 2008. Une autre entreprise néerlandaise, Protix, élève des insectes pour les élevages et les piscicultures. Protix possède la plus grande usine de protéines au monde avec une superficie de 14 000 mètres carrés, ouverte à l’été 2019. La start-up finlandaise Entis produit des collations, des bonbons et des smoothies à partir d’insectes et de protéines végétales (de substitution). La société française Ynsect lance la plus grande ferme à insectes automatisée au monde en 2022. La société suisse Essento travaille depuis 2018 sur des technologies de production de produits à partir de grillons séchés. La gamme de produits de l’entreprise comprend aujourd’hui des barres, des collations aux insectes aux saveurs variées et de la farine de grillons. La société britannique AgriProtein est spécialisée dans la production d’huile, de protéines en poudre et d’engrais. L’entreprise espagnole MealFood Europe cultive des larves de tribolium de la farine sur des déchets de traitement des céréales et en produit des protéines et des graisses pour la production d’aliments de qualité supérieure, du chitosane (un composant de la chitine d’insectes, de crustacés et de certains champignons) pour la technologie agricole, le traitement des eaux usées, l’industrie pharmaceutique et les engrais organiques. Pour le moment, l’entreprise a déjà lancé la production industrielle, et ce qui était récemment utilisé pour le traitement des eaux usées pourrait bientôt être utilisé dans la “nouvelle normalité” pour nourrir les gens.

Comme vous pouvez le constater, les fadas du WEF ont des adeptes dans le milieu. Reste aux politiques pleutres et vils le soin d’organiser les FAMINES, comme ils le font si bien avec l’énergie fossile…

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici