L’assassinat de JFK a été un message de l’Etat profond – Partie 3

636

 

Au fil du temps, les impérialistes américains se sont transformés en ce que nous appelons l’Etat profond. Des familles interconnectées d’une richesse énorme et d’une influence économique incommensurable, qui ont reçu le contrôle monétaire complet après la création de la Réserve fédérale, et qui ont obtenu les rênes du pouvoir militaire et politique lorsque Harry Truman a signé l’ordre de création de la CIA. Truman a déclaré, plus tard dans sa vie: “Je pense que [la création de la CIA] était une erreur. Si j’avais su ce qui allait se passer, je ne l’aurais jamais fait… Il y a maintenant une organisation là-bas, en Virginie, qui est pratiquement l’égale du Pentagone à bien des égards. Et je pense vous l’avoir déjà dit, un Pentagone, c’est un Pentagone de trop”.

Dans la décennie qui a suivi cet ordre, la CIA a soutenu des coups d’Etat antidémocratiques au Guatemala, en Iran et au Congo. Ce qui a entraîné des décennies d’oppression et des millions de morts. Cela a créé un modèle qui s’est répété jusqu’à aujourd’hui. Considérez tout ce qui aurait pu être différent si le camp de Kennedy avait gagné cette lutte, s’il avait mis à exécution sa prétendue menace de “diviser la CIA en mille morceaux”. Vietnam, le Cambodge, le Laos, l’Angola, la Grenade, l’Irak, les Balkans, la Somalie, l’Afghanistan, l’Irak à nouveau, la Libye et la Syrie… Cinq décennies de guerre perpétuelle et orwellienne. Des millions de vies détruites. En dehors de la guerre ouverte, il y a les actions secrètes. Un service de renseignement apprivoisé n’aurait jamais pu lancer des coups d’Etat militaires en Equateur, au Brésil, en Grèce, en République dominicaine, au Cambodge, en Indonésie, en Bolivie, au Chili et en Haïti. Qui sait ce que des hommes comme Bobby Kennedy et Martin Luther King auraient accompli, si une communauté du renseignement enhardie et toute puissante ne les avait pas abattus sous nos yeux.

Mais pourquoi l’Etat profond a-t-il choisi d’éliminer JFK comme il l’a fait… publiquement ? Pourquoi lui faire sauter la cervelle aux yeux du monde entier ?

Il existe des moyens bien plus faciles de se débarrasser d’un homme politique “difficile” que de le tuer. Il vaut mieux le mettre au pas par la pression, ou l’acheter avec des pots-de-vin et des faveurs. Vous pouvez lui faire du chantage avec des ragots ou divulguer les ragots et le mettre en accusation, comme cela a été fait avec Clinton. S’il ne répond pas aux pots-de-vin et qu’il n’a rien à révéler, vous pouvez faire pression sur son parti pour l’empêcher d’être nommé, comme cela a été fait avec Henry Wallace dans les années 1940. Vous pouvez truquer les primaires, comme cela a été fait avec Bernie Sanders l’année dernière. Vous pouvez effectuer des “coups d’Etat en douceur”, en paralysant une administration par une résistance bureaucratique tout en divulguant des informations sensibles à des médias coopératifs – en sapant l’autorité et la crédibilité de la branche exécutive jusqu’à ce qu’elle n’ait d’autre choix que de démissionner. Comme ils l’ont fait avec Nixon et tentent de le faire avec Trump. La guerre des Malouines et la prise d’otages en Iran ont toutes deux été utilisées pour obtenir le soutien du public aux candidats “approuvés” juste avant et après des élections importantes. Les élections de 2000 et 2004 ont été carrément truquées.

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici