Le Premier ministre britannique revendique une approche “évolutive” à l’égard de la Russie et de la Chine – Partie 1

666

 

Le premier ministre britannique, Rishi Sunak, a prononcé un discours devant le banquet de Lord Mayer pour présenter sa politique étrangère. Il a affirmé qu’il adopterait une approche “évolutive” vis-à-vis de la Russie et de la Chine. Le discours a été formulé autour de deux axes : la “liberté” et l'”ouverture”, que les dirigeants occidentaux utilisent continuellement pour se présenter comme ayant la position morale la plus élevée en politique internationale.

Il a commencé par dire que le Royaume-Uni est “un pays qui défend ses valeurs, qui défend la démocratie par des actions et pas seulement par des mots”. Il a ensuite souligné que le “rythme des changements géopolitiques s’intensifie” et que des nations comme la Russie et la Chine font des planifications à long terme. Par conséquent, selon lui, l’Occident doit s’adapter et adopter des politiques à long terme afin de répondre à ces changements. Il critique ainsi incidemment les politiques occidentales limitées par une réflexion à court terme. Cependant, on ne sait pas exactement à quel type de réflexion à long terme Sunak fait allusion. A en juger par le reste de son discours, son approche n’a rien d’“évolutive”, mais renforce la même rhétorique belliciste qui caractérise l’attitude de l’Occident envers la Russie et la Chine depuis des années.

Sunak a proclamé que la Grande-Bretagne devra être “plus forte” pour “défendre” ses valeurs. Il entend y parvenir en renforçant l’économie tout en tenant tête aux “concurrents” avec un “pragmatisme robuste”. On se demande dans quel monde vivent ces gens et s’ils prennent vraiment conscience de ce qui se met en place.

Sunak semble oublier que la Grande-Bretagne et les autres nations occidentales dépendent économiquement de ces  “concurrents”. La croissance économique de l’Occident a été largement alimentée par le commerce avec la Chine au cours des dernières décennies et de nombreuses nations européennes, notamment l’Allemagne, ont été fortement dépendantes de l’énergie russe bon marché. Les dommages de ces nouvelles relations commerciales s’avérera catastrophique pour les nations occidentales, comme nous le constatons déjà avec la crise énergétique actuelle. Le Premier ministre britannique ne se rend visiblement pas compte du chaos qui vient pour le pays qu’il mène ( Cf. prochaine série Lettre Prophéties)… au nom des idéaux qu’il partage avec des sociétés secrètes purement occultes.

Les dirigeants occidentaux semblent croire qu’ils peuvent continuer à se mettre à dos la Russie et la Chine tout en gérant leurs relations commerciales de manière à ne pas nuire gravement aux économies occidentales. Ils pensent que la Chine et la Russie sont aussi dépendantes d’eux que l’Occident l’est de la Russie et de la Chine. C’est exactement le genre de logique que déploient les dirigeants occidentaux pour justifier les sanctions anti-russes, à savoir leur conviction que la Russie dépend des exportations d’énergie vers l’Occident pour maintenir son effort de guerre. Ils oublient que la Russie vit sous les sanctions depuis des années et qu’elle est devenue très habile à les contourner et à les anticiper. Ils oublient également que la Chine l’observe de près, sachant qu’un jour, elle aussi pourrait faire l’objet de telles sanctions. En outre, la Chine a activement orienté son économie vers la consommation intérieure et l’innovation de haute technologie.

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici