La visite de Xi Jinping en Arabie saoudite et le renversement de l’atlantisme – Partie 3

558

 

Par Matthew J.L. Ehret – Dans la nouvelle ère post-américaine, les signes de cet esprit de coopération et de construction de ponts entre la Chine et les sunnites se font de plus en plus sentir, même si ses effets ont été restreints par la force – comme peuvent en témoigner les millions de Yéménites qui souffrent depuis sept ans de guerre. Contrairement à la fixation atlantiste sur les nouveaux accords verts qui menacent d’anéantir l’industrie et l’agriculture, les perspectives de l’après-pétrole de Riyad sont beaucoup plus synergiques avec l’idée chinoise de “croissance soutenue” qui exige l’énergie nucléaire, la poursuite des hydrocarbures et un développement agro-industriel robuste.

Le commerce de la Chine avec l’Arabie saoudite a atteint 87,3 milliards de dollars en 2021, soit une augmentation de 39 % par rapport à 2020, alors que le commerce américano-saoudien s’est effondré, passant de 76 milliards de dollars en 2012 à seulement 29 milliards de dollars en 2021. Une partie de ce commerce Pékin-Riyad pourrait désormais se faire en yuan chinois, ce qui ne fera que miner davantage les relations américano-saoudiennes.

Au cours des dix premiers mois de 2022, les importations de la Chine en provenance d’Arabie saoudite se sont élevées à 57 milliards de dollars et les exportations vers le royaume ont atteint 30,3 milliards de dollars. La Chine construit en outre des systèmes 5G et cultive un vaste pôle technologique axé sur la vente de produits électroniques, tout en aidant l’Arabie saoudite à se doter d’un secteur manufacturier indigène.

Malgré le chaos persistant au Yémen, et la dévastation économique au Liban, en Syrie et en Irak, la tendance subtile de Pékin a néanmoins été une tendance à l’harmonisation avec l’Arabie saoudite – et la puissance régionale Turque. L’Arabie saoudite et la Turquie se sont souvent comportées comme des puissances rivales, et ont mis en avant deux agendas étrangers distincts avec de larges ambitions régionales qui se chevauchent sur de nombreux fronts. Mais malgré ce passé compétitif, des nécessités plus pressantes ont incité les deux nations à harmoniser leurs perspectives de politique étrangère en adoptant un nouveau “regard vers l’Est”.

Cette volonté s’est exprimée lors de la visite du prince héritier saoudien à Ankara en juin 2022, où les deux chefs d’Etat ont appelé à une “nouvelle ère de coopération” axée sur la coopération politique, économique, militaire et culturelle décrite dans un communiqué commun. Quelques jours seulement après le retour de MbS de Turquie, le Premier ministre irakien de l’époque, Mustafa al-Kadhimi, s’est rendu à Djeddah pour promouvoir la stabilité régionale, déclarant dans un communiqué de presse : “Ils ont changé de point de vue sur un certain nombre de questions qui contribueraient à soutenir et à renforcer la sécurité et la stabilité régionales.”

L’Irak et l’Arabie saoudite n’avaient rétabli leurs liens diplomatiques qu’en novembre 2020 en raison de l’invasion du Koweït par Saddam Hussein 30 ans plus tôt. Entre 2021 et 2022, l’Irak avait travaillé dur pour accueillir des pourparlers bilatéraux entre l’Arabie saoudite et l’Iran, avec cinq séries de pourparlers organisés et Kadhimi se disant convaincu que “la réconciliation est proche”. Les liens diplomatiques entre Téhéran et Riyad ont été rompus à la suite de l’exécution en 2016 du religieux chiite saoudien au franc-parler Nimr al-Nimr, ce qui a provoqué la prise d’assaut de l’ambassade saoudienne à Téhéran par des manifestants en colère.

En mars 2022, MbS a déclaré que l’Iran et l’Arabie saoudite “ont été voisins pour toujours” et a affirmé qu’il est “préférable pour nous deux de nous arranger et de chercher des moyens de coexister”.

Le 23 août 2022, les Emirats arabes unis et le Koweït ont posé un nouveau jalon en renouant des relations diplomatiques avec l’Iran. Et bien que presque tous les Etats du golfe Persique (plus la Turquie) aient consacré des années à soutenir le changement de régime en Syrie, une nouvelle réalité s’est imposée, toutes les parties arabes s’orientant vers le modèle chinois de Nouvelle Route de la Soie d’intégration régionale et de développement économique.

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici