La Troisième Guerre doit suivre l’émergence de deux blocs – Partie 1

742

 

La guerre en Ukraine a au moins mis en évidence une coalition occidentale contre la Russie. De ce point de vue les choses, sont claires. Maintenant, et comme nous l’avions exprimé dans la lettre confidentielle, nous allons progressivement assister à la naissance d’un bloc qui va s’agréger à la Russie t devenir de plus en plus fort, au fur et à mesure que les dirigeants marxistes (politiciens et banquiers centraux) détruisent sciemment l’Occident par des mesures qui relèvent de la pure folie.

Voici une nouvelle très importante après ce que nous avons récemment développé de la Chine et du monde sunnite et chiite. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exprimé la volonté de son pays de coopérer avec la Russie et la Syrie contre les groupes militants kurdes basés dans le nord de la Syrie. “Nous voulons prendre des mesures avec la Syrie et la Russie, en tant que trio”, a déclaré Erdogan le 15 décembre par l’agence turque Anadolu. Il a également appelé à un sommet trilatéral entre lui-même, le président russe Vladimir Poutine et le président syrien Bashar al-Assad.

Lorsqu’on lui a demandé comment Moscou considérait la proposition d’Erdogan, le vice-ministre russe des Affaires étrangères a déclaré : “Nous saluons toujours le retour à la normale des relations entre voisins souverains”, le 16 décembre. “Cela a été mentionné à plusieurs reprises à tous les niveaux.”

La Turquie entretient de bonnes relations avec la Russie, avec laquelle elle partage des liens commerciaux étendus et une longue frontière maritime dans la mer Noire. Alors qu’elle était membre de l’OTAN, la Turquie a toujours refusé de soutenir les sanctions imposées par l’Occident à Moscou.

Les relations d’Ankara avec Damas, en revanche, ont été marquées par une profonde hostilité au cours des dix dernières années, la Turquie soutenant des groupes armés en Syrie dévoués au renversement d’Assad. Depuis 2015, la Russie maintient des troupes en Syrie pour soutenir Damas contre les groupes rebelles, dont certains bénéficient du soutien turc.

Mais ces dernières semaines, Erdogan a signalé – à l’instigation de Moscou – sa volonté de se raccommoder avec Assad. “D’abord, nos agences de renseignement [de Turquie et de Syrie] devraient se réunir, puis nos ministres de la Défense, puis nos ministres des Affaires étrangères devraient se rencontrer”, a déclaré Erdogan dans des remarques récentes. Suite à ces premières étapes, un sommet trilatéral devrait être convoqué entre lui et ses homologues russe et syrien, a-t-il déclaré.

Selon Bogdanov, l’envoyé spécial de Poutine pour le Moyen-Orient et l’Afrique, Moscou est déjà en pourparlers avec Damas pour organiser la rencontre.

 

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici