Les décès parmi les élites du PCC augmentent alors que la vague de COVID frappe la Chine – Partie 2

825

 

La société de recherche en santé basée à Londres Airfinity a estimé que plus de 5 000 personnes meurent probablement chaque jour du COVID-19, sur la base d’une modélisation à partir de données régionales chinoises. Le décompte officiel de la Chine s’avère être un guide si peu fiable que même l’Organisation mondiale de la santé, un organisme qui s’est généralement retenu de censurer directement le régime pour son manque de transparence au cours de la pandémie, a exprimé ses doutes. “En Chine, ce qui a été signalé est un nombre relativement faible de cas dans les unités de soins intensifs, mais de manière anecdotique, les unités de soins intensifs se remplissent”, a déclaré aux journalistes le directeur du programme des urgences sanitaires de l’OMS, Mike Ryan, le 21 décembre.

Heng He, un analyste des affaires chinoises, voit un élément métaphysique derrière la poussée actuelle de COVID. Bien que le véritable bilan de l’épidémie soit inconnu, le nombre d’élites chinoises touchées est notable, a-t-il déclaré. Beaucoup d’entre eux ont été les principaux acteurs de la structure du pouvoir du régime et se sont engagés à être des propagandistes redorant l’image du PCC.

“Vous pensez peut-être que ce n’est pas grave, mais le PCC est un syndicat du crime”, a-t-il déclaré à Epoch Times.

L’idée que “l’on récolte ce que l’on sème”, dit-il, est profondément ancrée dans les esprits chinois depuis l’Antiquité. “Une croyance populaire en Chine est que les bonnes actions auront de bons résultats et vice versa, et que vous pourriez voir les conséquences de vos propres actions au cours même de votre vie”, a déclaré Heng.

L’échelon supérieur du PCC, qui s’est largement protégé des effets néfastes des blocages au cours des dernières années, s’est retrouvé soudainement vulnérable lors de la dernière vague.

L’économiste nationaliste Hu Angang, directeur du Centre d’études chinoises, qui conseille les dirigeants communistes, a récemment perdu son beau-père d’une pneumonie induite par le COVID-19. La famille n’a pas pu joindre la hotline médicale pendant une heure, puis a dû attendre l’ambulance pendant des heures, selon un article largement cité de Mei Xinyu, analyste principal à l’Institut du commerce international et de la coopération économique du ministère chinois du Commerce. “Le vieil homme est un haut responsable du Parti qui a reçu des médailles du pays, mais ne peut attendre que la crémation à la morgue de l’hôpital”, a écrit Mei le 21 décembre, ajoutant que la maison funéraire Babaoshan de Pékin, où son corps sera envoyé, incinère environ 200 à 300 corps chaque jour. “Il n’y a pas de place aujourd’hui.”

Que dire des analyses optimistes anticipant une reprise économique flamboyante de la Chine communiste ?

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici